suisseIndices européens en ordre dispersé, réduction des volumes échangées à l'approche des fêtes de fin d'année, possible dégradation des notes souveraines de certains pays de la zone euro, et ralentissement économique européen, le tableau est plutôt sombre en ce deuxième jour de la semaine. Les inquiétudes sont grandes, et, pour l'instant, elles ne profitent pas réellement au franc suisse du fait du cours plancher établi début septembre par la BNS face à la monnaie des 17. Cependant, de nombreux mouvements sont attendus, dans les semaines à venir, sur le cross.
 

Scénario EURCHF du jour:
 

En attendant un éventuel rebond majeur du cross, l'euro a ouvert à 1.2356 CHF ce matin et affiché des gains relativement minimes pour atteindre 1.2359 à 10h, heure de Paris. Le cross semble toujours en phase de stabilisation autour de la zone de 1.23 et nous envisageons un canal de fluctuation pour le reste de cette séance compris entre 1.2325 et 1.2395. Le principal point pivot se situe à 1.2352. Il convient de noter que la stabilisation autour de 1.23 du cross pourrait augurer du fait que les cambistes s'attendent déjà à un mouvement du cours plancher de l'EURCHF, vers 1.25 dans les prochaines semaines, avant 1.30 envisagé d'ici à la fin de l'année 2012.

Point sur les fondamentaux EURCHF:
 

Le principal évènement pour la paire aujourd'hui fut la publication des prévisions des spécialistes du SECO (Secrétariat d'Etat à l'Economie). Comme prévu par les analystes financiers, la ralentissement de l'économie suisse devrait bien avoir lieu, avec une hausse du PIB de seulement 0.5% l'année prochaine contre une estimation initiale de 0.9% mais l'activité devrait vite reprendre en 2013 ce qui devrait permettre au PIB d'atteindre 1.9% de croissance.
 
Dans l'immédiat, "le cumul défavorable de la valeur élevée du franc suisse et de l'affaiblissement de la conjoncture mondiale contribue à freiner les exportations et les investissements", a estimé le SECO dans son rapport. En d'autres termes, le franc suisse se situe à un niveau défavorable pour les exportations, de quoi plaider en faveur d'une hausse du cours plancher de l'EURCHF. Ces propos valident aussi l'hypothèse d'une récession au premier semestre prochain, en même temps que la zone euro. Concernant l'emploi, le SECO n'envisage pas de dégradation notable avec un taux de chômage attendu à 3.1% cette année, puis 3.6% en 2012, toujours loin des niveaux français ou espagnol.