stocksupLe sommet de Rome, prévu initialement demain, ayant été reporté en début de semaine à février, les marchés vont rythmer, en cette fin de semaine, essentiellement au rythme des adjudications sur le marché obligataire mais aussi des résultats trimestriels des entreprises américaines.
 

L'opération obligataire française, vrai test pour l'Eurozone
 

En dépit de la dégradation de neuf pays de la zone euro, et dans la foulée du FESF, les dernières émissions obligataires en date, à savoir de la France lundi, de l'Espagne et de la Grèce, se sont déroulées dans de bonnes conditions, à des rendements en baisse.
Cependant, les investisseurs considèrent que le vrai test pour la zone euro sera aujourd'hui, lorsque la France va tenter de lever sur le marché entre 7.5 et 9.5 milliards d'euros à long terme. Si sur le court et moyen terme, les investisseurs ont encore confiance dans la capacité de la zone euro à surmonter les défis, d'où le succès des opérations obligataires mentionnées ci-dessus, les inquiétudes sont plus grandes sur le long terme. Plusieurs analystes, dont ceux de Forex.fr, envisagent une refonte de la zone euro, probablement autour d'un noyau de pays réunissant la France et l'Allemagne, dans la foulée d'une sortie de la zone euro de la Grèce, d'ici 18 à 24 mois (cf "Prévisions Economiques et Forex 2012").

Par conséquent, l'opération obligataire qui va avoir lieu ce matin va être cruciale aux yeux de nombreux observateurs. Dans l'ensemble, nous restons optimiste car la France, bien qu'en grandes difficultés, a la chance d'être aux yeux des investisseurs proche de l'Allemagne, politiquement et économiquement, ce qui laisse augurer une émission avec des taux vraisemblablement en baisse. Un bon point pour l'euro.
 

L'heure des "earnings" a sonné à Wall Street
 

L'autre évènement pour les marchés, ce sera la poursuite de la publication des résultats trimestriels des grandes entreprises américaines. Goldman Sachs, Ebay, et Citigroup ont ouvert le bal depuis mardi. Aujourd'hui, plus d'une dizaine d'entreprises vont annoncer leurs résultats, ce qui aura un impact conséquent sur l'évolution des indices américains et offrira aussi, aux marchés, quelques indices sur la santé de l'économie américaine.
 
Comme toujours, les bancaires tiendront le haut du pavé avec notamment les résultats prévus de Morgan Stanley et de Bank of America. La situation du géant américain BoA est inquiétante depuis déjà plus d'un an et le risque d'une massive levée de capitaux afin de se refinancer semble inévitable alors que l'action du groupe est tombée désormais sous 1 dollar.
 
Parmi les autres secteurs, celui de l'Internet et des nouvelles technologiques occupera une place importante cet après-midi, avec Google, Intel, ou encore Microsoft.