bourse.jpgEn cette veille de week-end, le dollar s'affiche proche de ses plus bas niveaux sur le marché des changes, notamment face au yen et à la monnaie unique européenne.

La Fed n'aura en effet pas réussi à convaincre en laissant son taux d'intérêt inchangé. Outre le flou qu'elle laisse volontairement planer sur sa politique monétaire à venir, la Fed est surtout sortie affaiblie et impuissante en raison de son incapacité à se battre à la fois sur le terrain de la croissance et de l'inflation.


Le dollar a également souffert du recul des places boursières. En effet, les actions financières se sont effondrées, en particulier celles de General Motors qui ont perdu plus de 10%. La baisse des notes de General Motors et de Chrysler par l'agence de notation de crédit Fitch ainsi que la hausse continue du prix du baril de pétrole à plus de 140 dollars ont causé des dommages collatéraux, notamment sur le taux de change du dollar sur le Forex.

La baisse du dollar a évidemment servi la monnaie unique européenne qui conserve son avance sur le marché des changes en dépit de la baisse de l'indice de confiance économique pour le mois de juin qui a atteint son plus bas niveau depuis mai 2005.

La crise qui affecte les marchés boursiers et le climat actuel sur le marché des devises ont surtout favorisé hier et aujourd'hui le yen et le franc suisse qui s'affichent en hausse face à la devise américaine.