petrole-couvUn zoom sur les cours du pétrole alors que les marchés ont accueilli hier plutôt chaleureusement les décisions prises par la BCE et la BoE.
 
Sur le marché du pétrole, les prix ont fini en forte hausse, au-delà de 100 dollars le baril, à cause principalement des tensions géopolitiques dans le Golfe Persique. Le cours de l'or noir a été soutenu par des rumeurs au sujet d'un projet de fermeture du détroit d'Hormuz pour des exercices militaires par l'Iran, qui contrôle ce passage stratégique d'où transite près de 40% de l'or noir mondial.
Sans anticiper une guerre entre l'Iran et les Occidentaux, le marché voit dans ces développements un pas de plus vers un engrenage dangereux, après les affaires sur le nucléaire iranien, puis la récente capture d'un drone provenant des Etats-Unis.
 
Les anticipations des marchés expliquent donc, pour beaucoup, la hausse actuelle.
 
Mais, sur le court terme, de nombreux experts, donc ceux de Barclays Capital, s'attendent à une baisse du pétrole. Comme l'a rappelé le ministre koweïtien en marge de la réunion de l'OPEP: "Il n'y a pas de pénurie ou d'excès dans l'offre". Seule la politique créé donc le désordre.

 
Par Driss Lacordelle