euro_toil.jpgSans surprise, aucun mouvement sur le marché des changes ne vient modifier la donne en ce mercredi. La volatilité du cours des devises est toujours forte et la monnaie unique européenne, outre les valeurs refuge comme le yen ou le franc suisse, tire son épingle du jeu face à un dollar affaibli qui attend qu'un nouveau coup lui soit porté jeudi.

En effet, l'hypothèse d'une hausse des taux de la part de la BCE ne fait maintenant plus de doute ce qui explique la chute du dollar sur le marché des changes.


Outre cette perspective, le dollar est également pénalisé par la publication de mauvais chiffres sur le front de l'emploi qui accentuent sa baisse face aux principales devises.

Après avoir connu une embellie en mai, avec la création de 25 000 emplois, le secteur privé américain a connu une forte dégradation du marché de l'emploi en supprimant pas moins de 79 000 emplois durant le mois de juin. Cette nouvelle a eu son petit effet en faisant grimper la monnaie unique européenne à 1,5851 dollars sur le Forex, soit son niveau du 24 avril dernier.

Cette forte dégradation du marché du travail a mis en alerte les investisseurs qui s'attendent à un nouveau plongeon du dollar jeudi sous les coups de la hausse des taux par Francfort et de la publication des chiffres du chômage outre atlantique.

Dans un tel contexte, il semble probable que la monnaie unique européenne frôle ses derniers records, aux alentours de 1,60 dollars, de quoi mettre en rage la présidence française de l'Union Européenne.

Enfin, ne manquez pas la première publication de notre série d'interviews de brokers aujourd'hui, avec en invité François Nembrini de FXCM.