15019Les éléments clefs
 

- Sarkozy lance sa campagne
- La croissance espagnole à 0.7%
- La France émet 8.45 milliards d'euros de dette à moyen terme, rendement en baisse
 
Sarkozy lance sa campagne
 
La fin d'un faux suspense et le début de la vraie campagne: voici comment la presse française interprète ce jeudi l'annonce par Nicolas Sarkozy de sa candidature à l'élection présidentielle, sans être franchement convaincue par la prestation du chef de l'Etat.
 
Sans véritables rivaux à droite, Nicolas Sarkozy était depuis longtemps candidat à sa succession. En campagne sans le dire, travaillant son image de président responsable, multipliant les déplacements en régions, il était déjà bien là.
 
Cette déclaration de candidature n'est certes guère surprenante, mais elle a au moins un mérite. Le paysage de la présidentielle est désormais campé et en cette période de crise, les Français auront le choix entre deux visions du monde, l'une, qu'il juge désuète, du socialiste François Hollande, et l'autre, en forme de seconde rupture, de Nicolas Sarkozy. Cette annonce donne maintenant des contours plus précis à cette présidentielle marquée par une crise économique qui en donne largement le ton.
 
Plus que cette annonce officielle, ce qu'il faut remarquer, c'est le moment auquel elle intervient, soulignent plusieurs éditorialistes. Pour François Martin, du Midi Libre, "Nicolas Sarkozy a été obligé de changer de rythme et de calendrier" pour espérer combler son retard dans les sondages sur François Hollande. Cette entrée dans la bataille présidentielle est sans doute la dernière fenêtre de tir pour essayer de créer une dynamique de reconquête de l'opinion. Toutes les tentatives de ces dernières semaines se sont soldées par des échecs patents.
 
La croissance espagnole à 0.7%
 
Sur le dernier trimestre de l'année, l'Espagne a vu son PIB baisser de 0.3 % par rapport au trimestre précédent, un recul identique à celui enregistré en zone euro, même si, sur l'ensemble de l'année, Madrid est largement à la traîne, avec une croissance de 0.7 %, contre 1.5 % dans le reste de la zone euro.
 
Ce ralentissement est la "conséquence d'une plus forte contraction de la demande nationale", qui n'est désormais plus compensée par le dynamisme des exportations, a souligné l'Institut national de la statistique (INE) dans un communiqué.
 
Un deuxième trimestre dans le rouge marquerait l'entrée du pays en récession, comme le prévoient à la fois la Banque d'Espagne et le Fonds monétaire international (FMI). Le gouvernement lui-même partage cette prédiction: le ministre de l'économie, Luis de Guindos, a estimé la semaine dernière que l'Espagne devrait connaître au premier trimestre une contraction de son économie "pire" que celle du dernier trimestre 2011.
 
L'économie espagnole, privée dès 2008 de son moteur, le secteur de la construction, au moment même où éclatait la crise internationale, oscille depuis entre récession et croissance atone, tandis que le nombre de sans-emploi augmente régulièrement.
 
La France émet 8.45 milliards d'euros de dette à moyen terme, rendement en baisse
 
La France a placé pour 8.45 milliards d'euros de bons du Trésor à intérêts annuels, ou BTAN, à deux, trois et cinq ans, a indiqué jeudi l'Agence France Trésor (AFT). L'objectif de l'AFT était d'émettre entre 7 et 8.5 milliards d'euros.
 
Le rendement des BTAN à deux ans s'est replié à 0.89% contre 1.05% lors de la précédente émission de ce type, le 19 janvier, pour un ratio de couverture de 2.36 contre 2.12. La ratio de couverture mesure le rapport entre l'offre et la demande. 
 
Le rendement des BTAN à cinq ans s'est établi à 1.93% et le ratio de couverture, à 1.99. Il s'agit d'une nouvelle émission et il n'y a donc pas de données comparables.
 

Prévisions du jour
 

La parité CAD/JPY est sortie de son canal baissier à la fin du mois de Janvier et teste actuellement la résistance à 78.78 (niveau 38.20%).
La tendance de fond reste clairement baissière tant que 78.79 (niveau 38.20% des retracements de fibonacci) est résistance. Ce niveau représente la ligne de coup d'une figure en tête et épaules. Un retour sous 76.25 (niveau 23.60%) conforterait notre sentiment baissier. La cassure de 76 donnerait un nouveau signal de vente et ouvrirait la voie vers 72.15 (niveau 0%).
 
Par William Durandet