yen_dollar.jpgLe dollar affiche pour la deuxième journée consécutive une embellie sur le marché des changes grâce, étonnement, aux propos tenus une nouvelle fois par le président Bush devant ses homologues du G8.

En fin de mandat, caché par l'appareil de campagne du parti républicain et essuyant les revers de la guerre en Irak, le président américain peut au moins se targuer pour la deuxième fois d'avoir réussi à capter l'attention des acteurs du marché des devises.


En effet, c'est la deuxième fois que le président Bush souligne son attachement à une politique du « dollar fort », réussissant ainsi à faire monter le dollar face aux autres devises du marché, notamment l'euro.

La monnaie unique européenne est un peu léthargique ces derniers temps en raison des craintes pesant sur les perspectives économiques dans la zone euro. Sans illusion, Jean Claude Juncker a d'ailleurs affirmé aujourd'hui qu'il fallait s'attendre à une croissance au deuxième semestre nettement moins bonne qu'au premier.

Cependant, le dollar pourrait être pénalisé par l'annonce des résultats des grandes entreprises américaines au cours de cette semaine. Les opérateurs sont plutôt prudents car ils s'attendent à voir l'effet de la crise des subprimes et de la flambée des prix du pétrole peser sur les résultats du deuxième semestre.

Enfin, bien qu'il s'affiche en hausse face à l'euro, le dollar est en baisse face au yen en raison de la liquidation des positions de carry trade. Les investisseurs sont en effet de plus en plus réticents à prendre des risques sur le marché des devises.

Pour cet après midi, il faudra suivre attentivement le discours de Ben Bernanke qui doit s'exprimer sur la régulation financière.