ahmadinejad1.jpgA l'occasion de la fin du sommet du G8, où le dossier du nucléaire iranien devait être évoqué, l'Iran a décidé de frapper un grand coup médiatique en utilisant son bras armé, les Gardiens de la Révolution. Ces derniers, espérant de nouveau faire plier l'Occident, ont aujourd'hui effectué un test de lancement d'un missile Shahab 3, susceptible d'atteindre Israël. Ce lancement s'inscrit largement dans la stratégie d'affrontement déployée par le président Ahmadinejad qui a de nouveau menacé de « mettre le feu » à Tel Aviv et à la flotte militaire américaine présente dans le Golfe Persique en cas d'attaque contre les installations nucléaires iraniennes.

Une telle escalade a évidemment eu un impact conséquent sur les marchés, notamment le marché des changes, en accroissant l'incertitude ambiante et en faisant craindre une nouvelle hausse du cours du baril de pétrole pouvant pénaliser fortement le dollar.

Dans un tel contexte d'inquiétudes géopolitiques croissantes, la devise américaine s'est évidemment inscrite en baisse face aux principales devises, notamment la monnaie unique européenne.

Le discours de Ben Bernanke a certes permis hier une embellie du dollar mais celle-ci fut éphémère. En effet, Ben Bernanke peine de plus en plus à convaincre les investisseurs de la capacité de l'économie américaine à sortir sans dommages de la crise des subprimes alors qu'il avait proposé d'étendre le refinancement des banques d'investissement.

Cette faiblesse du dollar profite pour l'instant à l'euro, au franc suisse et au yen. Bien que les perspectives économiques dans la zone euro soulèvent toujours des inquiétudes, la monnaie unique européenne s'inscrit plutôt en bonne forme. Elle n'a notamment pas été pénalisée par une revue à la baisse de l'estimation du PIB de la zone euro au deuxième semestre.