brazil-real jpg_1272209cl-8Hier, le real brésilien a clôturé la session américaine en légère hausse dans un climat très volatil marqué par plusieurs statistiques américaines et surtout la publication d'un communiqué de la banque centrale brésilienne laissant entendre que le taux directeur Selic pourrait baisser sous son seuil historique, à 8.75%, avant de se stabiliser.
 
Ce communiqué de la banque centrale a été rendu public une semaine après une baisse de trois quart de point du taux Selic à 9.75%, un assouplissement monétaire qui avait été largement prévu par les marchés financiers et qui avait eu peu d'impact sur le forex. Le Brésil, cherchant à sauvegarder son modèle de croissance alors que les perspectives mondiales sont minorées, fut l'un des premiers pays d'Amérique latine, en automne dernier, à changer de cap dans sa politique monétaire en abaissant les taux. Il a depuis été suivi par plusieurs autres pays de la région.
Cependant, le marché des changes ne s'attendait certainement pas à ce que les taux descendent en dessous de 8.75%. D'après les analystes forex, le taux devrait dans un premier temps se stabiliser vers 9% puis évoluer vers 8.75% voire 8.50% en fonction des perspectives économiques.
 
Pour les fins connaisseurs de la politique monétaire brésilienne, cette évolution ne constitue pas une surprise totale. En effet, le ministre des Finances brésilien, Guido Mantega, a affirmé lors de son témoignage devant le Congrès à Brasilia tôt en début de semaine que le taux directeur de la banque centrale devrait, à l'avenir, se rapprocher graduellement du taux d'intérêt à long terme du gouvernement, appelé TJLP, qui est actuellement à 6%.
 
Si cette baisse des taux à prévoir a de fortes chances de relancer une croissance qui n'était qu'à 2.7% en 2011, il est peu probable qu'elle influe considérablement sur le taux de change du real brésilien face au dollar. Même avec un taux directeur à 8.75%, son plus bas niveau historique atteint en juillet 2009, le real était toujours l'une des devises mondiales les plus demandées par les spéculateurs qui profitent de son rendement très élevé par rapport aux monnaies majeures comme le dollar américain, l'euro ou encore le yen.
 
Face à la cherté du real brésilien, le pays a mis en place récemment de nouvelles mesures et continue activement son action sur les marchés monétaires mais sans un réel succès pour le moment. Comme l'a affirmé au WSJ un courtier de la firme Renascenca de Sao Paulo, "les investisseurs vont continuer de profiter des forts taux d'intérêt" au Brésil.