yen forex.frEn Asie, les investisseurs n'ont cessé de commenter les propos de David Lipton, premier directeur général du FMI, qui a confirmé que le yen est sur-évalué sur le marché des changes face à ses principales contreparties (l'euro et le dollar), donnant ainsi carte blanche aux autorités nippones pour intervenir directement sur le marché. Une intervention sur le yen ne serait pas une surprise, sachant que le ministre des Finances nippon s'est, à maintes fois, exprimé dans ce sens, mettant ainsi en garde les spéculateurs.

Pour une fois, on dirait que les cambistes ont compris le message puisque l'euro remontait face au yen, évoluant autour du niveau de 99 yens ce matin après avoir touché la semaine dernière un plus bas depuis le 23 mai, à 100.95 yens. Cependant, la situation étant telle dans l'eurozone, la tendance de fond sur l'euro/yen demeure à la baisse, à moins de la concrétisation prochaine d'une intervention de la Banque du Japon ce qui semble peu probable pour le moment. En effet, on murmure au sein des banques centrales de la Triade qu'une intervention, si elle devait avoir lieu, pourrait se faire dans la foulée des élections grecques, prévue le 17 juin prochain.

Dans l'immédiat, la tendance matinale sur l'euro/yen risque de ne pas durer car les inquiétudes demeurent. En effet, le plan d’aide de 100 milliards d'euros accordé à l’Espagne n’a pas suffit à calmer longtemps les craintes des cambistes et des investisseurs qui se posent beaucoup de questions sur la manière dont cette aide sera mise en place, sur les délais de cette aide mais aussi sur l’efficacité de cette mesure, craignant en outre qu’elle ne vienne accroitre la dette espagnole qui est à un niveau déjà plus que critique.

Les investisseurs craignent également une contagion, notamment à l'Italie, troisième économie de la zone euro et pays endetté à plus de 1900 milliards d’euros, dont les taux longs sur le marché obligataire ont franchi la barre des 6% hier, preuve des incertitudes.

L'approche des élections grecques, dont le résultat demeure incertain, n'est évidemment pas pour rassurer. D'ici là, l'euro/yen a toutes les chances de franchir son plus haut du 23 mai, en attendant une action concertée possible des banques centrales sur le marché Forex.