eurodollar 9_juinLes éléments Forex clés

• L’EURJPY connait un plus bas de 11 ans

• Vers une politique monétaire expansive au Japon

• L’Allemagne et l’Italie souhaitent une Europe plus fédéralisée

L’aide d’un montant maximum de 100 milliards d’euros accordée à l’Espagne par l’Eurogroupe ce vendredi n’aura pas suffit à rassurer les marchés. Après Valence, la région de Murcie se déclarait à son tour en difficulté financière. La monnaie unique s’effondrait alors face aux contreparties majeures, passant sous les 1.21 dollar à l’ouverture des places européennes. Ce nouveau plus bas de deux ans marque la rupture d’une résistance importante et peut être les prémices d’une chute encore plus marquée dans les prochaines semaines.

Face à la devise nippone, l’euro perdait 1% au cours de la nuit, atteignant son plus bas historique en franchissant largement la barre des 95 yens.

Suite à ce mouvement majeur de fuite de la monnaie spéculative qu’est devenue l’euro, le ministre des Finances Japonais a déclaré ce lundi qu’il ferait le nécessaire pour agir "de façon décisive pour contrer tout mouvement spéculatif excessif".

En effet, depuis le début de la crise des dettes souveraines en Europe, le yen s’est vu attribuer le statut de valeur refuge, de façon même plus importante que le dollar. Cette flambée (+7% en un mois face à l’euro ; +3% face au dollar) handicape lourdement l'activité des entreprises japonaises à l'étranger. Le yen se rapproche ainsi de son plancher historique de 75.81 dollars, atteint en octobre 2011.

Le premier ministre Japonais s’est entretenu ce lundi avec le gouverneur de la banque centrale du Japon, ce qui laisse à penser qu’une intervention monétaire se prépare au pays du soleil-levant.

Dans ce contexte de probable dépréciation du yen par injection de liquidités de la BoJ, la paire AUD/JPY s’effondrait de 1.30% depuis cette nuit. L’Australie, qui échange énormément avec le Japon, souffrirait d’une dévaluation du yen. Le dollar australien était ainsi l’une des rares monnaies à se déprécier face à l’euro (-0.4% depuis cette nuit).

Mario Draghi et Wolfgang Schäuble –le ministre des Finances allemand- s’exprimaient samedi dans deux quotidiens français en faveur d'un renforcement de "l'union financière, budgétaire et politique" européenne. Cette intégration est ainsi une des leçons à tirer de la crise et conduira, à terme, "à la création de nouvelles entités supranationales". Cette union politique, synonyme de perte d’une partie de la souveraineté, n’est envisagée qu’à reculons par la France.

Il est toutefois certain que la crise actuelle a révélé des disfonctionnements profonds au niveau européen, qu’il faudra régler au plus vite sitôt la situation économique en meilleure voie.