devises du_march_des_changesLes éléments Forex clés

• Le Forex attentiste avant les annonce de la BCE et de la FED

• Quelques indicateurs prévus dans la journée

• La "méthode Coué" des dirigeants européens

Les places financières restaient hier très calmes, dans l’attente des déclarations de la Banque d’Angleterre, de la BCE et de la FED. Les trois institutions doivent rendre mercredi et jeudi leur décision de politique monétaire. Le consensus des économistes mise sur un programme de rachat d’obligations d’Etats par la BCE mais il pourrait aussi s’agir d’une nouvelle baisse des taux directeurs ou d'un programme de refinancement de long terme, type LTRO.

Après avoir chuté à la mi-journée, la paire EURUSD remontait dans l’après midi grâce à un support à 1.2255 mais connaissait une résistance à 1.2290. La monnaie unique devrait continuer à s’apprécier légèrement au cours de la journée, les cambistes s’attendant de plus en plus à une décision d’assouplissement quantitatif de la part de la Réserve fédérale américaine.

L’euro s’appréciait aussi très légèrement face au yen, plus sous l’effet d’une prise de bénéfices que grâce aux nouvelles données macroéconomiques. En effet le Japon publiait dans la nuit des statistiques rassurantes quant à la reprise de son activité économique ; avec un recul de son taux de chômage à 4.3% de la population active et un indice de consommation des ménages en hausse de 1.6%. Ces chiffres auraient dû conduire le yen à s’apprécier face à la monnaie européenne mais, sur un Forex sans grand volume, la paire se stabilise à 96 yens pour 1 euro.

Les cambistes seront attentifs aujourd’hui à la publication d’indicateurs importants, révélant la santé de l’économie. A 11h sera publié le taux de chômage en juin de la zone euro, attendu en hausse de 0.1 point à 11.2%. Aux Etats Unis tomberont à 14h30 les indices de revenu personnel et de consommation des ménages. Tous deux attendus en légère hausse, les prévisions s’établissent respectivement à +0.4% et +0.1%.

Au vue des dernières données macroéconomiques et de la situation des pays du sud de l’Europe, les déclarations des dirigeants de la zone euro réaffirmant leur soutien aux économies en difficulté et leur volonté de garder la monnaie unique sont les bienvenues pour soutenir les marchés. La déclaration aussi spectaculaire qu’inattendue de Mario Draghi jeudi dernier, reprise de concert par le Président de l’Eurogroupe, par le ministre allemand des Finances et enfin par François Hollande hier, oblige la BCE à agir un grand coup si elle veut conserver la crédibilité nécessaire au sauvetage de l’euro.

Toutefois, à force d’annonces et d’injections toujours plus massives, les marchés sont sous perfusion de liquidités. Chaque nouvelle dose devenant moins efficace que la précédente, il est urgent de s’attaquer aux réformes structurelles nécessaires à la viabilité de l’économie européenne.