exportation zone_euroL’euro chute fortement aujourd’hui après l’annonce très décevante de la Banque Centrale Européenne. La paire Euro-Dollar atteint 1.21327 cet après-midi un peu après 17h30. C’est donc une crise de l’euro qui transparait une fois encore. Cependant cette crise n’est pas si négative que l’on peut l’imaginer. Une crise comporte bien souvent des gagnants et des perdants. On note ici la même philosophie que celle des marchés financiers à savoir les gains d’un agent sont les pertes d’un autre.

Attardons-nous ici sur les gagnants qui se réjouissent de voir la paire EUR/USD décliner sur le forex.

Les entreprises européennes à caractère international sont les premières gagnantes face à ce déclin de l’euro. En effet, le simple fait que la valeur de l’euro baisse augmente la compétitivité des entreprises. Autrement dit, les coûts supportés en euro paraissent plus faibles lorsqu'on les convertit en dollar. C’est ainsi que l’on constate avec un euro déclinant une augmentation des exportations puisque leur prix baisse.

D’un point de vue technique, la faiblesse de l’euro impacte sur la balance des paiements des pays de la zone. Faisons un petit rappel de la notion de balance des paiements. C’est un document de la comptabilité nationale respectant le principe de la partie double. Ce document retrace tous les échanges de biens, services, revenus, capitaux, flux financiers au sein d’un pays. Intéressons-nous maintenant à la balance commerciale. Celle-ci tend à devenir de plus en plus excédentaire ou de moins en moins déficitaire pour les pays exportateurs européens dans le contexte d’un euro faible face au dollar.

Un exemple flagrant pour illustrer ce phénomène est de regarder chez nos voisins allemands. L’Allemagne, première puissance exportatrice européenne, est un grand pays industriel. L’Allemagne bénéficie donc de produits de qualité et depuis la crise de l’euro ces produits deviennent accessibles à l'achat au niveau international.

Terminons avec un exemple chiffré. Un produit A de valeur 100 000€ est exporté au Etats-Unis en "temps normal" pour 135 000$ avec un EUR/USD à 1.350 en novembre 2011. Si ce produit A toujours de même valeur (100 000€) est exporté aujourd’hui avec un EUR/USD à 1.215 sa valeur sera alors de 121 500$. Ce produit A, européen ,sera donc bien plus abordable pour les consommateurs américains grâce  à la crise de l’euro.

La crise de l’euro semble donc faire des heureux mais il ne faut pas oublier que les entreprises européennes achètent leurs matières premières très souvent en dollar ce qui créer un effet totalement inverse à celui évoqué précédemment. Ce phénomène est donc à prendre avec précaution sur une vision de long terme.