Draghi Mario_BCE_zone_euroLes éléments forex clés

-La BCE sort le bazooka

-L’eurodollar baisse a la surprise générale

-Les NFP désormais en ligne de mire

La Banque Centrale Européenne a décidé de mettre en place des moyens exceptionnels en lançant un nouveau programme de rachat d'obligations dans le but de faire baisser les coûts de financement des Etats de la zone euro en difficulté et de rassurer les investisseurs sur le fait que l'euro est "irréversible". Le nouveau plan de rachat de dettes sera mis en oeuvre sur le marché secondaire pour "préserver la transmission de la politique monétaire dans tous les pays de la zone euro", a expliqué Mario Draghi. La BCE devrait acheter sans limite des obligations d'Etat de maturité entre 1 et 3 ans. Ces achats se feront sous strictes conditions de demande d'aide au Fonds européen de stabilité financière (FESF) par les pays qui souhaiteront en bénéficier, a-t-il expliqué. Il a pour but de corriger les distorsions des marchés obligataires et d'apaiser les craintes "infondées" des investisseurs sur la pérennité de l'euro, a-t-il poursuivi, déclarant que "l'euro est irréversible". Le nouveau plan, auquel la Bundesbank allemande passe pour s'être opposée, devrait constituer un "filet de sécurité pleinement efficace pour prévenir des scénarios potentiellement destructeurs".

Faisant le constat que "la croissance économique devrait rester faible", le président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé une action de son institution sur le marché secondaire de la dette. Pour 2012, la BCE prévoit une contraction du produit intérieur brut comprise entre -0.6% et -0.2%, alors qu'en juin ses projections faisaient état d'une fourchette de -0.5% à +0.3%. Pour 2013, la prévision d'évolution de PIB est également revue à la baisse, comprise entre -0.4% et +1.4% au lieu de la fourchette de 0%-2.0% retenue en juin.

A la surprise générale, l’euro n’aura finalement pas réagi positivement aux annonces de la BCE. Il a au contraire baissé face au dollar. Nous avons pu constaté des divergences au sujet de la dette souveraine des pays européens qui sont déterminantes dans l’orientation du dollar et de l’euro. Le marché perd patience à l’égard des hauts responsables de l’UE et sanctionne la paire EURUSD.

En effet après une hausse face au dollar ce matin, la monnaie unique a rapidement effacé ses gains, alors que M. Draghi annonçait une révision à la baisse des prévisions de croissance de l'institution pour la zone euro en 2012 et 2013, prenant ainsi acte de la poursuite de la dégradation économique dans la région. A 8h30 ce matin l’eurodollar affichait 1.26338, avec un creux à 1.2575 suite aux annonces de la BCE, pour une reprise à 1.26338 à 17h.

Les marchés vont dès demain se tourner de nouveau vers les fondamentaux économiques avec les NFP attendus demain à 14h30 à 127K contre un précédent à 163K. Le marché américain aurait donc créé moins d’emplois au cours du mois d’août, mais cette légère baisse est-elle suffisante pour à nouveau ramener sur les marchés le spectre d’un QE3? Si le "oui" l’emporte à cette question clé, nul doute que les actifs risqués s’apprécieront au détriment du billet vert, le plus grand potentiel de hausse étant accordé aux devises matières premières. Un autre scénario possible est que les chiffres soient conformes au consensus et que les marchés ne s'affolent pas ce qui devrait permettre aux actifs forex de poursuivre sur leur lancée, en attendant que la FED ne se positionne plus clairement sur les moyens qu'elle compte mettre en oeuvre pour redonner un coup de fouet à l'économie américaine.

En ce qui concerne le voisin canadien, il est attendu un maintien du taux de chômage à 7.3% mais les créations d'emplois devraient ressortir à 11K contre -30K le mois précédent. Il ne faudra toutefois pas négliger l'impact des NFP sur la paire USDCAD ce qui pourrait donc faire passer au second plan les chiffres canadiens.