lingots orLe Forum de l'Investissement le 13 octobre - Le premier constat fait par les experts présents au Palais des Congrès est le repli des particuliers sur des livrets sécurisés tels que le livret A, les OPCVM, le PEL… dont les revenus nets sont inférieurs à l’inflation, ou alors de peu supérieurs.

Selon Robert de Vogue, patron d’Arkeon Finance, l’économie va rentrer très prochainement dans une "phase de déflation à cause de la récession". De ce fait, ses conseils s’orientent vers une stratégie cash, accès sur la trésorerie car, avec une déflation plus le temps passe, plus votre argent prend de la valeur. Il vaudra plus cher demain. Sa théorie s’appuie sur l’exemple du Japon depuis le krach des années 90. Il ajoute aussi qu’avec le vieillissement de la population, la génération des baby boomers accédant à la retraite, ces personnes vont privilégier l’investissement sur du court terme, utiliser leur épargne. Si l’on peut lui accorder le fait d’une faible inflation malgré les montagnes de liquidité injectées sur les marchés, (si l’on en croit les thèses monétaristes, toute augmentation de la masse monétaire entraine de l’inflation), le spectre d’une déflation semble plutôt écarté. Mais pas à négliger.

Arnaud Claveau, de Pièces d’or, recommande d’acheter de l’or, car cet actif protège très bien de l’inflation. Malgré la forte consolidation de l’or en dollar. Il le conseille cependant en tant qu’actif de diversification (pouvant aller de 5 à 20% du portefeuille en fonction de l’appétence au risque) car il réagit aux conditions monétaires.

M Dosik, d’Expert patrimoine, conseille quant à lui d’investir dans l’immobilier de tourisme. Dans des hôtels, plutôt haut de gamme. En effet, selon lui, l’émergence d’une classe moyenne dans les pays émergents va permettre à l’industrie du tourisme français (1er pays touristique au monde) d’en profiter au maximum. De plus, ces investissements profitent du régime des BIC. Cette théorie semble un peu bancale au vu des changements radicaux qui s’effectuent par delà le monde. Certes, l’hôtellerie est un secteur haut de gamme rentable, largement profitable mais nécessite un capital initial plutôt généreux.

M Galliard, journaliste et créateur du fond FCPMonPEA conseille d’investir dans des FCP, des OPCVM, ou des portefeuilles actions (via le PEA). Ce sont des placements à long terme qui permettent d’éviter les tensions volatiles des cours en ce moment. Selon lui, un rattrapage des valeurs françaises va avoir lieu à cause de la forte décote que subit la place parisienne (-45% par rapport à ses plus hauts de 2007) en comparaison aux autres grandes places internationales. Pour justifier sa stratégie, il s’appuie aussi sur l’augmentation de 30% des bénéfices des entreprises du CAC malgré la crise. Cette stratégie valable ne convient qu’en cas de volonté d’investir à long terme. Si vous souhaitez du rendement maintenant, il vaut mieux écouter les conseils de M Delacretaz de l’Institut de la bourse qui recommande d’acheter des options afin de protéger vos portefeuilles, ou de tenter de jouer avec la volatilité. Repérer les valeurs qui montent et les acheter. Cette théorie s’inspire directement de l’analyse graphique, et laisse de coté l’analyse fondamentale. Cela dépend de la façon dont vous trader. Certains sont plus graphiques, d’autres plus à l’écoute de l’économie réelle. Un certain Warren Buffet a dans sa vie toujours privilégié l’analyse fondamentale par exemple!

Pour finir, l’expert d’Axa conseillait de s’orienter sur des produis d’assurance vie, qui évite de stresser quant aux fluctuations des marchés. Le mot d’ordre de la conférence était la diversification. Rien n’est plus important que de diversifier son portefeuille. Diversification géographique, d’actifs, de secteurs… Mettre toutes ses billes dans un même panier est un pari risqué. Une erreur et c’est votre patrimoine qui s’envole!