fed.jpgCes dernières semaines, la devise américaine a profité largement d'une reprise de la confiance des investisseurs dans la capacité de l'économie américaine à surmonter la crise et d'un regain d'inquiétudes concernant une possible récession dans la zone euro.

Cependant, en ce mercredi, les perspectives économiques américaines semblent commencer à s'obscurcir sur fond de craintes liées à un éventuel effondrement du secteur immobilier qui pourrait miner la reprise outre-atlantique.

La publication des minutes de la Fed hier n'a pas spécialement changé la donne puisqu'elle a simplement confirmé ce que les investisseurs du marché des changes ont déjà intégré, c'est-à-dire une prochaine hausse des taux de la Réserve Fédérale pour contrer plus efficacement les pressions inflationnistes.

Avant de s'avancer plus en avant, les cambistes attendent de nouveaux indicateurs économiques américains pour se décider à liquider ou non les positions en dollar. Ils attendent notamment aujourd'hui les chiffres des commandes de biens durables ainsi que les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et la croissance du PIB au deuxième trimestre jeudi.

Entre temps, cette légère baisse du dollar par rapport aux autres devises profite à la monnaie unique européenne qui a repris quelques couleurs. Le léger ralentissement de l'inflation en août dans quatre Etats régionaux allemands grâce à un apaisement des prix du baril de pétrole fut accueilli avec soulagement par les acteurs du marché des devises.

Enfin, la livre sterling, qui était à l'honneur hier dans notre article, a repris quelques couleurs face au dollar mais s'est en revanche inscrite en baisse ce matin face à la devise de la zone euro.