Elyse triple_ALa France a perdu son triple A aujourd'hui même, dix mois après que l'agence de notation S&P ait déjà pris une mesure similaire. Entre dégradation de Moody's, nouvelles de la Grèce et quelques chiffres américains, l'euro reste plutôt stoïque aujourd'hui sur le marché des devises

Analyse fondamentale eurodollar

La perte du triple A français accroit la pression sur la dette européenne même si on notera que le FESF et le MES conservent leur notation. Tout cela alors que le marché des changes attend de bonnes nouvelles au sujet de la Grèce. En effet, c'est aujourd'hui que les ministres des Finances de la zone euro doivent annoncer le déblocage de la somme de 44 milliards d'euros qui sera versée le 5 décembre prochain. On constate déjà un certain apaisement puisque le rendement de l'obligation à 10 ans de la Grèce est en léger recul de 18% à 17%.

Par ailleurs, en attendant le discours de Ben Bernanke à New York en fin de journée, les opérateurs ont également apprécié quelques chiffres réconfortants sur le marché de l'immobilier américain. Les mises en chantier de logements ont augmenté de 3.6% en octobre dernier, ce qui souligne la reprise claire et solide de ce secteur d'activité.

Analyse technique eurodollar

La paire de devises évolue toujours autour de 1.28 et affiche une bonne résistance malgré la mauvaise nouvelle qui a touché Paris ce matin. On peut estimer que le range d'évolution de la paire va se situer entre 1.2660 et 1.2825 dans l'immédiat. Le niveau de 1.2825 sert de résistance mais s'il est franchi, alors l'euro pourrait aller beaucoup plus loin, en direction de 1.29. Il ira donc alors à la rencontre de son plus haut du 7 novembre, à 1.2875.

Sur le court terme, la paire évolue encore dans un canal haussier mais qui manque de vigueur. La dégradation de la note de la France, même si elle ne provoque pas un électrochoc sur les marchés financiers, est mal vécue car elle souligne que les pays core de la zone euro connaissent des difficultés également.

Sur le moyen et long terme, la vision pour l'euro est toujours baissière puisque les problèmes de l'euroland en termes financiers et économiques risquent de perturber l'évolution de la devise. Il faudra être attentif aux prévisions 2013 des principaux établissements bancaires qui vont être diffusées dans les semaines à venir. Bien que les prévisions s'avèrent souvent fausses, elles ont l'intérêt de mettre en avant l'humeur du marché à un moment T.

Dans l'immédiat, l'attention des opérateurs forex se concentrera sur le discours de Bernanke et l'approche de résistances majeures sur la paire qui pourrait modifier le positionnement des vendeurs.