symbole zone_euroCette semaine, c’est la réunion de l’Eurogroupe mardi à Bruxelles qui a retenu l’attention des cambistes. Après de longues négociations, la BCE a donné son accord jeudi sur le plan de recapitalisation des quatre principales banques grecques. Cette aide qui sera versée à la Grèce a permis à la zone euro de reconquérir les investisseurs forex et de faire oublier aux marchés la perte du triple A français. L’agence de notation Moody’s a en effet réévalué la note souveraine française et Fitch devrait reconsidérer la sienne en 2013. Les taux d’emprunt français restent plutôt stables et la dette du pays conserve son statut de valeur refuge. Le pays maintient ses prévisions de croissance à 0.8%, un seuil très optimiste compte tenu des dernières retombées.

Une bonne semaine du côté européen, néanmoins plombée par les indicateurs macroéconomiques de la zone euro. L’indice de confiance des consommateurs a reculé au-delà des attentes (-29.6 contre un consensus à -25.7). Les indices PMI aussi ont inquiété cette semaine, confortant l’idée d’un recul du PIB de 0.4%. L’indice PMI manufacturier a légèrement rebondi à 46.2 et celui concernant les services est quant à lui en baisse.

L’Espagne a levé des dettes à moyen et long termes à des taux en baisse. Le taux record de créances douteuses révélé par le pays sur le mois de septembre a confirmé les difficultés financières espagnoles et compte tenu de l’absence de croissance, les objectifs budgétaires de Madrid pour 2012 et 2013 sont compromis.

Au Japon, la BoJ doit se réunir en décembre, laissant présager un possible assouplissement monétaire. Elle garde son taux directeur entre 0% et 0.1%. Les rumeurs concernant le changement de gouvernement continuent à rebuter les cambistes.

La semaine a été plutôt mouvementée aux Etats-Unis. Les inscriptions au chômage ont reculé plus que prévu et l’immobilier continu sa reprise, pourtant la menace du "fiscal cliff" continue de peser sur le cours du dollar. Les discussions se poursuivent et les investisseurs attendent une alternative dans les prochaines semaines.

Enfin, l’indice PMI manufacturier chinois est repassé au-dessus du seuil des 50. Il s’est affiché à 50.4 en novembre, pour la première fois depuis un an.

Analyse technique

EURUSD: C’est une bonne semaine pour la paire qui progresse de 1.26%. L’EURUSD est repassé au-dessus de 1.29 portée par l’optimisme des investisseurs face à la situation en Grèce. La paire a atteint son plus haut aujourd’hui à 1.2915 et son plus bas mercredi à 1.2736 après un désaccord vite résolu sur le déblocage de l’aide grecque.

USDJPY: Le dollar, comme la plupart de devises majeures, a tenu tête au yen cette semaine. La paire enregistre une progression de 1.12% sur les cinq jours avec un plus haut à 82.8250 atteint jeudi après la publication d’un volume américain d’inscriptions au chômage en baisse. La paire a atteint sa plus faible valeur de la semaine lundi à 81.0750. Le yen continue donc à souffrir des rumeurs concernant le changement de gouvernement et les quelques perturbations liées à la clôture de Wall Street pour cause de jour férié n’ont pas suffi à contrer la tendance.

GBPUSD: La paire a commencé sa semaine par une tendance haussière avant d’entreprendre son recul jeudi après la publication des chiffres du secteur manufacturier anglais, affichés à leurs plus bas en dix mois. La GBPUSD a tout de même progressé de quelque 0.35% cette semaine, fluctuant entre un plus bas à 1.5883 mercredi et un plus haut à 1.5979 jeudi. La reprise de la croissance au Royaume-Uni est attendue difficile.