drapeau japonaisL'annonce de la démission du gouverneur de la banque centrale nippone (BoJ), Masaaki Shirakawa, a eu son petit effet sur le marché des changes et même au-delà ce matin. En effet, l'indice Nikkei grimpe au-delà des 4%. Les investisseurs applaudissent cette décision!

On parle de démission mais il convient quand même de relativiser cette annonce. En effet, l'actuel gouverneur quitte son poste seulement trois semaines avant la fin de son mandat afin de permettre la mise en place d'une politique monétaire plus agressive qu'il a soutenu jusqu'à présent du bout des doigts. Il a ainsi consenti à relever l'objectif d'inflation de la banque centrale de 1% à 2% en janvier dernier mais ce sera son successeur, qui devrait être nommé d'ici peu, qui sera en charge d'atteindre ce niveau. Etant donné le niveau actuel de l'inflation dans l'archipel, ce ne sera pas une charge facile.

La mise en place prochaine d'une politique monétaire nippone plus accommodante a entraîné directement sur le forex une chute du yen qui évolue désormais à des plus bas de trois ans face au billet vert et à l'euro, ce qui devrait vraisemblablement réactiver les craintes de guerre des devises.

Les autres devises ont aussi répercuté cette annonce mais avec plus d'entrain puisque les devises des pays émergents et des pays exportateurs de matières premières sont en hausse. Une politique monétaire expansionniste est synonyme habituellement d'appétit au risque pour les cambistes. De fait, le dollar canadien se retrouve ce matin à un plus haut d'une semaine face au billet vert tandis que le grand gagnant de la nuit s'avère être le peso mexicain. La devise profite de la relance de l'activité aux Etats-Unis qui devrait entraîner la reprise de l'économie mexicaine.

Le marché des changes se trouve plutôt orienté à la hausse ce matin, avec un fort regain d'appétit au risque mais au fur à mesure de la journée, la stabilisation devrait l'emporter. Le calendrier économique offre peu d'opportunités de trade et les investisseurs sont comme toujours attentistes avant la réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE) demain. L'autre évènement de la journée de jeudi sera l'audition du futur patron de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney, qui risque lui aussi d'activer de nouvelles mesures d'assouplissement pour la livre sterling. La guerre des devises a de fortes chances d'avoir lieu!

La seule annonce économique du jour pour les cambistes reste la publication à 12h des commandes industrielles allemandes qui étaient ressorties en fort déclin pour novembre, en-dessous de la production industrielle. Le consensus table sur une reprise lente avec une hausse mensuelle pour décembre de 0.5% avant une reprise plus forte en janvier. Il n'est pas certain pour autant que la nouvelle soit beaucoup tradée. Le marché des changes se contentera certainement d'en prendre note.

Les récents mouvements de l'euro sont en tout cas pertinents. Après le mouvement baissier de lundi, la devise s'est reprise hier face à ses principales contreparties, une reprise qui capitalise aujourd'hui sur les nouvelles en provenance du Japon. Ces mouvements sont en tout cas la preuve que la devise européenne est bien une devise cyclique qui évolue étroitement en fonction du sentiment au risque sur le marché. Ce sera à prendre en considération à l'avenir.