consommation-france 59L'indicateur est quasiment passé inaperçu car il a été publié à quelques heures seulement de la fin de la session européenne vendredi. Beaucoup d'investisseurs avaient déjà bouclé ou au moins allégé leurs positions pour le week-end et n'étaient plus sur le marché.

Pourtant, comme c'est souvent le cas, l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan a été très révélateur. En effet, à la surprise générale, l'indice est tombé à 71.8 contre 77.6 le mois dernier, alors que le consensus était haussier à 78.

Que s'est-il passé pour expliquer cette chute de la confiance des consommateurs?

En effet, tout semble pourtant aller pour le mieux aux Etats-Unis avec une reprise économique en marche comme l'ont montré récemment les données de février au niveau du chômage et des ventes au détail.

En fait, les consommateurs américains ont, à en juger par le communiqué qui a accompagné la publication de l'indice, sanctionné Washington.

Ils font preuve d'un pessimisme plus grand pour les mois à venir que pour les conditions économiques actuelles. Tout cela à cause du débat en cours dans la capitale fédérale pour aboutir à un plan de réduction crédible des dépenses et qui entraîne déjà des coupes automatiques et va provoquer en avril les premiers licenciements dans les administrations.

L'Université du Michigan a ainsi affirmé que c'est la première fois dans l'histoire de ce sondage (qui remonte à 1978!) que tant de consommateurs américains ont mentionné spontanément l'incurie de la politique économique fédérale comme principal problème pour l'économie américaine.

En d'autres termes, les consommateurs américains restent sceptiques sur la capacité de l'Administration Obama à parvenir à un accord avec les républicains qui puisse régler la question du déficit durablement.

Le dollar américain a peu réagi à cette chute de l'indice mais il faudra rester attentif. Le déficit américain et la joute politique actuelle à Washington sur le sujet pourraient à tout moment faire basculer la reprise américaine. Ben Bernanke n'a d'ailleurs rien dit d'autre lors de sa dernière audition au Congrès il y a quelques semaines.