wall-street_3.jpgEn ce mardi matin, l'annonce de la quasi-faillite de la banque d'affaires de Wall Street, Lehman Brothers, a continué à peser sur le cours du dollar dans les échanges asiatiques. La devise américaine a poursuivi sa baisse face au yen, passant de 104,89 yens hier à 104,32 yens ce matin.De même, la monnaie unique européenne a continué son appréciation face au dollar, passant de 1,4227 dollar à 1,4268 dollar.

Cependant, en dépit de cette remontée, l'euro est resté sous pression en raison des craintes pesant sur la santé de la zone euro, la Commission Européenne prévoyant que l'Allemagne, moteur de la zone, et l'Espagne, connaissent une récession. De plus, la remontée de l'euro face au dollar a également été moins importante que celle du yen puisque les cambistes ont pris des positions à long terme sur le dollar contre la devise nippone, avant l'annonce de la faillite de Lehman Brothers.

Cette faillite a certes apeuré les marchés mais s'inscrit néanmoins dans une bonne stratégie de la part du gouvernement américain qui a décidé de ne plus jouer les pompiers. Le risque fut pesé : il valait mieux en effet laisser Lehman Brothers faire faillite puisque cette faillite a un impact systémique moindre que la faillite d'une banque commerciale. De plus, le Trésor américain envoie ainsi un signal aux marchés en soulignant que les banques doivent assumer leur responsabilité dans la crise. Si le Trésor était intervenu conjointement avec la Fed pour sauver Lehman Brothers, il est probable qu'une telle annonce fut accueillie avec soulagement sur le marché des changes mais elle aurait eu un impact négatif sur le long terme. En effet, un tel sauvetage aurait de nouveau pesé sur le déficit américain et, par corollaire, sur le taux de change du dollar sur le long terme ;Par conséquent, la décision des autorités américaines peut être saluée et ne devrait pas peser durablement sur le cours de la devise américaine qui devrait se stabiliser d'ici à la fin de la semaine.