impt 2013La déclaration pour les revenus de 2012 est déjà arrivée dans les boîtes aux lettres des particuliers. En fonction du département de résidence et de la méthode de déclaration choisie (par courrier ou par internet), il reste encore plusieurs semaines pour signer et renvoyer ce document au Trésor public.

Cependant, pour les investisseurs du marché des changes, cette période est bien souvent un véritable casse-tête car il n'est pas aisé de savoir comment déclarer les gains issus de la spéculation sur les devises. Deux situations principales sont à prendre en considération en fonction de votre statut vis-à-vis des pouvoirs publics.

1. En tant que non-résident

C'est la situation la plus simple. En tant que non-résident, il n'y a aucune obligation à déclarer auprès du Trésor public français les gains issus du forex à condition que votre broker ne soit pas installé en France. Si c'est le cas, on considère alors que les revenus sont de source française et il faudra souscrire également une déclaration n°2042 NR qui est disponible directement sur le site du Trésor public.

2. En tant que résident

C'est là où les choses se compliquent un peu puisqu'il faut recourir à plusieurs formulaires, ce qui peut paraître fastidieux. En fonction des revenus annuels tirés du trading, il peut-être parfois pertinent de s'adjoindre occasionnellement les services d'un comptable pour éviter de s'emmêler les pinceaux.

La déclaration des gains issus du trading forex se fait via le formulaire 2561 bis sur les plus-values/moins-values. Les plus-values se reportent en ligne 2 TS et il est bon de savoir qu'il est possible d'avoir une déduction pendant six ans des moins-values des plus-values à condition de remplir le formulaire 2047.

Les plus-values entrent dans le cadre des bénéfices non commerciaux (BNC) soit en tant que professionnel, si le trading est l'activité principale, soit en tant que non-professionnel si c'est seulement une activité annexe.

Il est également possible de déduire tous les frais nécessaires à la réalisation des gains sur le marché des changes (ex: abonnement à des flux d'informations, frais de déplacement pour des formations, amortissement du matériel informatique, achat de livres sur le trading…). Ces frais pouvant parfois représenter jusqu'à 50% du montant total des plus-values, il peut donc être intéressant de procéder ainsi pour réduire son impôt et de ne pas opter pour le forfait à 27% qui peut s'appliquer.

Pour plus d'informations, il est recommandé de s'adresser à votre centre des impôts le plus proche.