Cour constitutionnelle_allemandeLe marché des changes est à l'affût d'une décision qui pourrait éventuellement avoir une influence majeure sur l'évolution future de la zone euro. Ce mercredi, la Cour Constitutionnelle allemande doit en effet décider de la légalité du programme OMT lancé l'année dernière par la BCE.

Ce programme permet à la banque centrale européenne d'acheter en quantité illimitée des dettes étatiques sur le marché secondaire, à condition que les pays qui en bénéficient s'engagent dans un train de réformes.

Depuis l'annonce de ce programme, la BCE n'a pas eu besoin de lancer une quelconque initiative. Comme l'a souligné Mario Draghi la semaine dernière, le programme OMT "a apporté la stabilité, non pas seulement aux marchés en Europe mais également à l'ensemble des marchés mondiaux". A tel point que le simple fait d'annoncer de telles mesures a suffi à calmer les investisseurs.

La tension est donc importante au sujet de la décision de la Cour Constitutionnelle allemande. Si elle juge que le programme OMT n'est pas légal, cela pourrait remettre en cause profondément l'action de la BCE et entraîner la zone euro dans une nouvelle vague de tensions.

Les investisseurs sont notamment inquiets car un rapport de la banque centrale allemande de 29 pages avait fuité dans la presse en avril. Ce rapport faisait état du désaccord du gouverneur Weidmann concernant les rachats d'obligations sur le marché secondaire, une position qu'il n'a jamais dissimulé en public depuis l'été dernier.

Le défi de la Cour Constitutionnelle allemande sera double: elle devra s'assurer de la constitutionnalité de la politique monétaire non conventionnelle de la BCE et également vérifier que celle-ci respecte parfaitement l'indépendance de la banque centrale allemande.

Selon l'option de nombreux experts, la Cour ne devrait pas chercher à entraîner la zone euro dans une nouvelle crise et pourrait simplement demander à ce que le Bundestag, qui doit donner son accord avant tout lancement du programme OMT pour aider un pays de l'Union, prenne en compte au préalable l'opinion de la Bundesbank.

Il ne serait cependant pas surprenant qu'on assiste dès aujourd'hui à une certaine tension sur les marchés périphériques de la zone euro. Surtout, le marché reste à la merci d'éventuels propos du gouverneur Weidmann qui pourraient avoir un effet négatif sur les cours. Le gouverneur a en particulier de fortes chances de s'exprimer sur la décision de la Cour Constitutionnelle et, connaissant son positionnement, il sera certainement contraire à celui mis en avant par la BCE et Mario Draghi.