Wells Fargo_capitalisation_boursireDepuis une semaine, Wells Fargo a détrôné la banque chinoise Industrial & Commercial Bank of China (ICBC) de son titre de première banque mondiale. ICBC était la première capitalisation depuis plus de six ans, ce qui représente le moment où la crise des subprimes commençait à faire de gros dégâts sur le système financier, la banque Wells Fargo a alors été touchée en perdant son positionnement boursier. La semaine dernière, Wells Fargo a réussi à reprendre le dessus avec une capitalisation de 236 milliards de dollars à Wall Street contre 225 milliards pour la banque chinoise qui avait réussi à atteindre les 374 milliards en 2007. La nouvelle première banque mondiale a profité de l’élan de l’activité économique et affiche un bénéfice trimestriel de 5.52 milliards de dollars ce qui équivaut à une augmentation de près de 20%!

Pour mieux comprendre ce changement soudain il est primordial de revenir sur les derniers évènements concernant ces deux grandes économies mondiales: les Etats-Unis et la Chine.

Tout d’abord, du côté américain, la politique monétaire très accommodante pratiquée par la FED a permis de renforcer l’activité financière et ainsi le bilan de la banque. Les investisseurs ont repris confiance et les perspectives pessimistes commencent à éloigner. Mais il faut tout de même rester attentif aux dernières réunions de la banque centrale qui peuvent faire changer les avis, cependant il est clair que les banques américaines commencent petit à petit à sortir la tête de l’eau. Le dollar américain suit les évènements et tente également de reprendre le dessus sur l’euro grâce à ces bonnes nouvelles.

Du côté chinois, c’est l’effet contraire qui se produit. La croissance économique ne cesse de ralentir. Les derniers chiffres publiés la semaine dernière concernant le PMI manufacturier chinois calculé par HSBC a suscité de grandes surprises: les analystes s’attendaient certes à une baisse inévitable mais pas à une chute de cette ampleur avec 47.7 ce qui l’a fait passer largement en dessous de la barre des 50. On ne peut pas nier que ce ralentissement est dû aux difficultés que les grandes économies ont subi ces dernières années. La Chine reste le premier importateur de matières premières ce qui lui permet d’exporter de nombreux biens manufacturés vers les Etats Unis et l’Europe. Les problèmes économiques occidentaux ont donc été répercutés sur l'économie chinoise, d'où le ralentissement actuel. De ce fait, ce sont à ce jour les banques chinoises qui commencent à s’essouffler le plus au niveau mondial, les cours chutent et les capitalisations boursières également. Les investisseurs commencent à perdre confiance et s'inquiètent notamment du nombre élevé et difficilement estimable des créances douteuses et non solvables en Chine.

Le rebond de l’activité économique ne représente pas le seul argument pour Wells Fargo, une bonne gestion et des stratégies réfléchies restent essentiels dans le système financier très fragile. La première capitalisation a tout de même essayé de rester à l’abri de la crise des surprimes en évitant l’activité volatile des marchés et en se concentrant sur une activité locale ce qui lui a permis de ne pas être touché par la crise de l’Europe. Bref, le recentrage sur son coeur de métier, l'activité de dépôt, a profité à la banque!