croissance conomique_chinoiseLa séance de l'assomption a été marqué par un calme relatif sur le marché des changes, les robots ayant pris le relais des humains en cette période ce qui signifie des mouvements de long terme et une assez faible volatilité.

Au niveau des indicateurs macroéconomiques, la séance de jeudi s'est résumée à trois chiffres américains: les inscriptions au chômage, l'IPC et la production industrielle. Cette dernière est ressortie stable en juillet contre une hausse attendue de 0.4% par les cambistes. On notera également que les prix à la consommation sur la même période ont augmenté de 0.2% en données corrigées des variations saisonnières, ce qui correspond parfaitement au consensus du marché. La surprise de la journée est venue en fait des inscriptions hebdomadaires au chômage qui ont reculé à 320 000 pour la semaine au 10 août, soit un plus bas niveau depuis six ans. Cela devrait donc encourager certainement la FED à revoir sa stratégie de politique monétaire.

A ce sujet, James B. Bullard, président de la Réserve Fédérale de St Louis, a mis en garde contre un retrait trop rapide des mesures non conventionnelles à partir de septembre, qui pourrait avoir pour conséquence d'entraîner l'économie américaine dans la déflation. Il a également ajouté qu'aucune décision n'est pour le moment prise par la FED à propos de la politique monétaire qu'elle va annoncer le mois prochain. Le marché des changes table toutefois sur un début de retrait, en raison de l'amélioration manifeste du marché de l'emploi outre-Atlantique.

Une période risquée s'ouvre pour les Etats-Unis et l'économie mondiale car les risques inflationnistes pourraient survenir à ce moment-là, lorsqu'il faudra justement résorber les excès de liquidités. La banque centrale américaine va devoir piloter avec finesse la hausse de la pente de la courbe des taux avec le relèvement du PIB nominal comme l'a exprimé dans un récent article l'économiste Michel Aglietta sur le site du CEPII.

La déflation est aussi un sujet d'actualité au Japon et pour le yen. Tokyo a confirmé que, malgré les récents indicateurs macroéconomiques moins bons que prévu, le pays commence à s'éloigner de la déflation sous l'effet du policy mix ambitieux mené de front par le gouvernement et la BoJ. La seule marge de manoeuvre du gouvernement, faisant face à une situation de trappe à liquidité, fut de jouer sur l'inflation en canalisant au mieux les anticipations des agents économiques et en cherchant à enclencher une boucle prix-salaire permettant d'atteindre l'objectif de hausse des prix de 2% fixé en janvier. Ce qui devrait être fait dès l'an prochain selon les estimations internationales.

L'horizon économique commence donc à s'améliorer significativement après près de sept ans de crise. Pour autant, les efforts en termes de compétitivité et de réformes structurelles de nombreux gouvernements ne doivent pas être freinés avec le retour de la croissance.

Du côté des stratégies de trading, beaucoup de traders vont faire le pont aujourd'hui malgré quelques chiffres américains qui peuvent avoir un intérêt comme l'indice de l'université du Michigan à 15h55 qui devrait confirmer l'amélioration de la confiance des ménages américains.