BCE forex.frCette semaine, toute l’attention des marchés s’est portée sur les politiques monétaires des banques centrales.

En zone euro, les publications économiques de la semaine ont orienté les cambistes. Le PMI manufacturier est ressorti lundi en hausse à 51.3 en octobre. Pourtant la déception des investisseurs forex face aux chiffres mitigés de l’emploi et de l’inflation publiés la semaine dernière persiste. Les marchés espéraient donc ’une baisse du principal taux directeur de la BCE, déjà à un niveau historiquement bas. Jeudi, la banque centrale a finalement confirmé la baisse de son taux à 0.25% alors qu’il stagnait à 0.5% depuis mai.

Les marchés restent très prudents. Le mois de septembre n’enregistre aucune amélioration du chômage depuis les 12.2% atteint en août et les plus optimistes tablent sur une baisse en 2015. Alors, l’assouplissement de la politique monétaire est-t-il gage d’un pessimisme général sur les perspectives de croissance ? En ligne de mire, la lutte contre l’augmentation des prix avait établi l’objectif inflationniste à 2%. Aujourd’hui, avec un taux inférieur, la tendance s’inverse. La publication du rapport mensuel sur l’emploi attendu aujourd’hui devrait plomber le moral des marchés… L’Allemagne, source d’optimisme en zone euro, a affiché vendredi une production industrielle en baisse de 0.9% en septembre, contre une précédente hausse de 1.6%.

Lundi, le discours d’un des membres du FOMC a accordé aux cambistes plus de précisions sur la situation outre-Atlantique. La Fed envisage de réduire son programme de rachat d’actifs en décembre. Les publications économiques à venir devrait orienter son choix. Le PIB américain au troisième trimestre sera publié cet après-midi. Les analystes tablent sur une hausse de 2% contre un trimestre précédent en hausse de 2.5%.

Au Japon, les perspectives de croissance et d’inflation sont empreintes d’optimisme. Mercredi, le gouverneur de la BoJ a rendu un bilan très positif de la réunion de politique monétaire. Selon Kuroda, la croissance devrait surprendre les analystes qui tablent déjà sur des niveaux élevés. Il a même laissé entrevoir une nouvelle intervention de la banque centrale si l’objectif d’inflation de 2% n’est pas atteint.

Du côté australien, la RBA a annoncé mardi le maintien de son principal taux directeur à 2.50%. Le taux de chômage est resté constant.

Analyse technique:

EURUSD: Cette semaine, l’euro a perdu du terrain face à la majorité de ses contreparties. La paire enregistre un recul de 0.46%, fluctuant entre un plus bas affiché jeudi à 1.3295 et un plus haut mercredi à 1.3548. Les cours de l’eurodollar ont étés plombé par le nouveau taux directeur de la BCE qui a ravivé les inquiétudes des marchés quant à la santé économique de la zone euro. Le pessimisme qui règne désormais sur le marché des changes devrait installer la tendance baissière dans la durée.

USDJPY: La paire a reculé de 0.45% cette semaine sous l’effet conjugué de l’optimisme nippon et du pessimisme américain. Elle a commencé sa semaine baissière par son plus haut affiché lundi à 98.83 et son plus bas a été enregistré jeudi à 97.62. La déclaration de Haruhiko Kuroda a grandement rassuré les marchés et permis ainsi au yen de reprendre des couleurs.

GBPUSD: La paire a gagné du terrain cette semaine. Portée par un bilan économique britannique très encourageant, elle a gagné 0.97%. Son plus bas a été enregistré lundi à 1.5904. Ensuite, le cours n’a cessé de progressé pour atteindre un plus haut affiché mercredi à 1.6118. Jeudi, la production industrielle britannique est ressortie en hausse à 0.9%, bien au-dessus des consensus qui l’attendaient à 0.5% en septembre. Aujourd’hui, la BoE a annoncé le maintien de son taux directeur inchangé à 0.5%. Cette dernière nouvelle n’a pas vraiment suscité l’enthousiasme des marchés puisqu’on observe un léger recul des cours ce vendredi.