drapeau de_la_franceAu risque d'ajouter à la sinistrose ambiante, la semaine qui vient s'écouler en France confirme aisément que la reprise économique tant annoncée et espérée n'est pas pour demain.

Tout indique la France reste, au niveau des grands pays développés, l'une des économies les plus fragiles et surtout, qui peine à trouver un nouveau modèle pour assurer un développement futur.

C'est en substance la principale raison évoquée par l'agence de notation S&P pour justifier la dégradation de la note du pays de AA+ à AA. Le fameux triple A français est désormais un souvenir lointain.

La faible croissance, le haut niveau du taux de chômage, notamment parmi les jeunes, et surtout l'absence de réformes substantielles, mis à part le pacte de compétitivité, sont les causes essentielles de cette nouvelle dégradation qui ne devrait cependant pas en annoncer d'autres, au moins dans l'immédiat. En effet, S&P a assorti cette nouvelle notation d'une perspective stable.

Aussi symbolique qu'inattendue, cette décision est aussi inhabituelle puisque, contrairement à son habitude, l'agence de notation ne s'est pas exprimée directement sur la soutenabilité de la dette mais sur les orientations économiques. En d'autres termes, un coup dur pour le gouvernement.

A cela, il faut ajouter une nouvelle avalanche de mauvais indicateurs qui reflètent les défis économiques à surmonter:

- la production industrielle a chuté de 0.9% sur un an en septembre

- le déficit commercial sur le même mois a augmenté beaucoup plus que prévu, se creusant à 5.8 milliards d'euros contre 5.1 milliards le mois précédent!

Qui peut encore croire à une inversion, dans ces conditions, de la courbe du chômage d'ici la fin de l'année?