Pologne varsovieNous nous attendons dans les prochains mois à la poursuite de la reprise économique en Pologne mais qui devrait rester fragile en raison d'un contexte extérieur peu propice.

Après un fort ralentissement de l'activité au cours de l'année 2012 et du premier trimestre 2013, le PIB au T2 est ressorti en progression de 0.8% sur un an et devrait, pour le dernier semestre, encore confirmer sa hausse. Sur l'année 2013, la hausse modérée attendue de l'activité devrait se limiter à 1%. Ce n'est qu'à partir de 2015 que le redressement se fera plus solide, comme dans la majorité des pays européens, avec une perspective de croissance économique comprise entre 2.5% et 2.8%.

Le principal atout de l'économie polonaise demeure son faible niveau d'endettement avec un déficit des comptes courants qui devrait être légèrement sous 3% cette année et à peine plus élevé en 2014. La consolidation des finances publiques a été favorisée par deux facteurs essentiels: la prise de mesures de consolidation budgétaire depuis 2010 et également la nationalisation des pensions de retraite décidée par le gouvernement Tusk en fin d'année.

Au niveau de la politique monétaire du pays, le gouverneur Belka a réussi à remplir son mandat avec une inflation qui est désormais bien en-dessous de la cible fixée à 2.5%. Toutefois, le principal défi consiste à donner plus de vigueur à la reprise, dans un contexte quasi déflationniste, ce qui devrait se traduire dans les prochains mois par la reprise d'un cycle d'assouplissement monétaire qui n'est pas encore intégré dans les prix sur le marché des changes. Au cours de l'année prochaine, les taux pourraient ainsi diminuer de près de 50 points de base, selon une vision basse.

Pour autant, l'impact sur le taux de change du zloty, et notamment de la paire EURPLN, risque d'être assez limité avec des opportunités à la baisse en réaction à une politique monétaire plus accommodante mais la devise polonaise pourrait trouver un soutien certain dans la solidité des fondamentaux économiques et financiers du pays, limitant ainsi à moyen et long terme le potentiel baissier sur le forex.