Eike BatistaVous n'avez certainement pas oublier Eike Batista. C'est l'homme qui a réussi à perdre en l'espace d'un an 99% de sa fortune, soit près deux millions de dollars par jour. Il y a quelques semaines, son empire au Brésil s'est peu ou proue effondré puisque sa compagnie pétrolière et gazière, OGX, qui faisait il y a encore deux ans les bonheurs des investisseurs à la Bourse de Sao Paulo, a été déclarée en faillite. Contraint de vendre la quasi-totalité de ses avoirs, Eike Batista n'a cependant pas dit son dernier mot. Combattif, il a demandé récemment à des investisseurs des fonds pour repartir de zéro et rebâtir son éphémère empire.

Refus de leur part? Au contraire, Eike Batista est en passe de réussir son pari et d'effectuer le rebond le plus rapide et le plus spectaculaire dans toute l'histoire de la finance.

A en croire Bloomberg News, les créditeurs de la firme OGX se sont mis d'accord pour accorder à l'ancien milliardaire près de 200 millions de dollars afin de poursuivre ses activités pétrolières, domaine qui avait à l'origine garanti sa fortune.

Ce n'est cependant pas la première qu'il parvient à faire plier ses créanciers puisqu'il y a quelques mois, le fond souverain d'Abu Dhabi, Mubadala, avait accepté une perte de 25% sur les dettes qu'il détient des entreprises de Batista, perdant au passage 700 millions de dollars.

La capacité de Batista à rebondir ne tient pas seulement à sa grande capacité de persuasion. En fait, il était parvenu à tisser, grâce à son conglomérat, une toile géante couvrant tout le Brésil. En quelque sorte, la faillite de Batista représente un réel risque systémique pour l'économie de la première puissance d'Amérique du Sud.

Ses nombreuses sociétés cotées à l'Ibovespa faisaient la pluie et le beau temps. Les pertes qu'elles ont subi cette année se sont directement répercutées sur les performances de l'indice brésilien et des autres entreprises présentes sur le marché boursier. Même la puissante entreprise pétrolière d'Etat, Petrobas, n'a pas été épargnée par ces déboires.

Sauver Batista n'est pas seulement redonner vie à un empire financier et industriel mais aussi sauvegarder le tissu économique brésilien. C'est, au final, certainement la plus belle réussite de l'homme d'affaire. Il a su se rendre indispensable.