yen devise_forex_march_des_changesTout porte à croire que le yen devrait continuer de s'affaiblir sur le court et moyen terme. L'éventualité du "tapering" qui pourrait se matérialiser aussitôt que la semaine prochaine à l'occasion de la réunion de la FED des 17 et 18 décembre constitue un puissant facteur de baisse pour la devise nippone. Bien que le marché des changes anticipe déjà que la FED va maintenir un ton très accommodant pour ajuster au mieux les anticipations des agents, le dollar américain devrait cependant poursuivre son processus de redressement post-crise.

Deux autres facteurs, tout aussi importants, sont aussi à prendre en compte pour les paires en JPY.

1. L'hypothèse de nouveaux assouplissements au Japon

Alors que la banque centrale américaine va probablement revoir sa stratégie pour un retour progressif vers une politique monétaire plus conventionnelle, la Banque du Japon risque d'être contrainte dès les premiers mois de l'année prochaine de donner de nouveaux gages aux investisseurs qui doutent de plus en plus de sa capacité à atteindre son objectif d'inflation à 2%. Les récents indicateurs ont également mis en évidence un ralentissement de la croissance avec des chiffres finaux en-dessous du consensus pour la confiance des consommateurs, les commandes de machines, les données du secteur manufacturier ou encore le PIB. De quoi faire douter les marchés financiers.

La banque centrale japonaise en a conscience et a, récemment, laissé entendre qu'elle agirait. Quand on connait un peu le gouverneur Kuroda, on sait qu'il ne lésinera pas sur les moyens à engager. Il faut donc s'attendre à de nouvelles mesures très agressives qui seront promptes à accentuer l'affaiblissement du yen.

2. L'appétit au risque, maître du forex

Le dernier facteur susceptible d'entrainer le yen vers des plus bas face à ses principales contreparties, c'est le retour de l'appétit au risque sur le forex qui accompagne, comme on pouvait l'attendre, la reprise économique. De bonnes données en provenance de Chine ou encore des Etats-Unis ont incité les cambistes, dès cette fin d'année, à s'intéresser davantage aux monnaies à fort rendement comme le dollar australien, le dollar néo-zélandais ou encore le real brésilien. A l'inverse, les valeurs refuge, et symboliquement le yen, sont délaissées.

Nous n'en sommes pas encore au retour massif du carry trade mais le mouvement devrait prendre de plus en plus d'ampleur, avec notamment l'approche des fêtes. Le rallye traditionnel de Noël sur les marchés actions a souvent des répercussions sur les monnaies et il est donc probable que beaucoup de cambistes vont profiter de cet optimisme pour jouer sur la différence de rendement entre les monnaies. Au détriment une nouvelle fois de la devise japonaise.