bitcoinFin d'année terne pour la monnaie virtuelle qui a éveillé l'intérêt des investisseurs depuis quelques mois. Après que les Etats-Unis aient mis en garde contre l'utilisation du Bitcoin et que la Chine ait formellement interdit aux institutions financières nationales de frayer avec cette nouvelle devise, entraînant au passage les cours à la chute, c'est au tour de la Norvège de faire part de son scepticisme.

Le pays a annoncé que le Bitcoin ne répond pas aux critères nécessaires pour être considéré comme une monnaie et que, de fait, la détention de Bitcoins impliquera l'imposition d'un taxe sur le capital, comme l'a déjà fait l'Allemagne. Cette taxe, dont le montant n'a pas été précisé pour le moment, devrait être faible et ne pas vraiment conduire à un rejet du Bitcoin par les investisseurs et particuliers.

En revanche, on peut s'attendre sans surprise que l'ensemble de la communauté internationale se positionne progressivement vis-à-vis du Bitcoin. L'AMF, en France, pourrait dès le début de l'année prochaine, émettre ses recommandations quant à l'utilisation de la monnaie virtuelle.

Alors qu'elle n'était cotée qu'autour de 12 dollars l'an dernier à la même époque, la monnaie digitale a depuis franchi le cap des 1.000 dollars avec allégresse mais connait des fluctuations totalement anormales, parfois de 20% à 30% en une seule séance, ce qui fait dire à de nombreux experts qu'en l'état actuel, le Bitcoin ne possède pas la stabilité nécessaire pour concurrencer un jour les devises émises par les banques centrales.

La formation d'un cartel des prix a même été évoqué par certains spécialistes, ce qui pourrait expliquer en partie les fluctuations du cours. A défaut de preuve formelle, tous les analystes sont d'abord au moins sur le fait que le Bitcoin est une gigantesque bulle spéculative.

La survie du Bitcoin dépendra étroitement de sa capacité à s'imposer massivement et à acquérir la crédibilité nécessaire auprès des utilisateurs comme moyen d'échange et de paiement, à l'instar du dollar ou encore de l'euro. Sans réelle valeur intrinsèque, le Bitcoin demeure un objet financier mal appréhendé et qui devra passer par l'étape de la régulation pour espérer devenir une monnaie virtuelle pérenne.

L'engouement pour le Bitcoin n'est toutefois pas isolé et peut, dans une certaine mesure, être considéré comme une évolution presque normale à l'ère du numérique. Toutes les monnaies virtuelles, dont Litecoins, ont connu de fortes hausses ces derniers mois. Sans commune mesure cependant avec le phénomène Bitcoin. A terme, les autorités nationales seront certainement contraintes d'adopter aussi une attitude plus compréhensive vis-à-vis des monnaies virtuelles afin de les intégrer aux moyens de paiement traditionnels.

Il reste peu probable que le Bitcoin soit encore là lorsque cela surviendra. Après les nombreux déboires de la monnaie virtuelle et la défiance croissante des utilisateurs, on est certainement proche du clap de fin pour le Bitcoin.