europeLa crise de la dette souveraine a été hors des radars des marchés financiers depuis plusieurs mois mais la sanction de S&P contre l'Europe rappelle que la consolidation budgétaire pour le Vieux-Continent reste autant d'actualité qu'en 2010.

Une notation à AA+

La note de long terme de l'Union Européenne passe de AAA à AA+ avec perspective stable, ce qui était inévitable à moyen terme étant la perte du triple A ces dernières années par plusieurs pays membres dont la France. Seuls six Etats possèdent encore la note suprême qui garantit un accès très aisé au crédit sur les marchés financiers.

L'agence de notation S&P a justifié sa décision par la dégradation des finances publiques dans la quasi-totalité des pays membres de l'Union. Elle intervient seulement quelques semaines après que les responsables politiques européens se soient rencontrés à Bruxelles pour négocier le budget. Cette réunion fut l'occasion de mettre en évidence publiquement des divergences de longue date, les grands pays de l'UE, qui sont en phase de consolidation budgétaire, s'opposant au principe d'une aide directe aux pays les plus pauvres du bloc, notamment en direction de l'Europe de l'Est.

Ce retrait de la solidarité européenne n'explique pas la dégradation de la note de l'UE mais est un symptôme d'un mal beaucoup plus profond, l'absence de cap dans la construction européenne depuis le début de la crise, qui pourrait remettre en cause à terme l'adhésion à ce bloc de certains pays. A cet égard, le Royaume-Uni envisage un référendum pour juger de l'opportunité de rester dans l'Union qui devrait avoir lieu dans les prochaines années.

Le marché des changes atone

Les principales paires en euro sont restées quasiment inactives dans la foulée de la décision avec simplement un retrait d'à peine 15 pips de l'EURUSD. L'EURGBP et l'EURJPY n'ont pour tout dire pas réagi. Le marché Forex est habituellement peu réceptif aux annonces concernant l'UE dans son ensemble et, comme expliqué en introduction, cette dégradation n'est pas totalement une surprise pour les investisseurs.

Quelle conséquence à long terme?

A long terme, cette décision constitue une piqûre de rappel utile pour les Etats européens qui questionnent de plus en plus l'opportunité de continuer la stratégie de consolidation budgétaire. Cependant, dans un contexte où le retour d'une croissance solide est quasi-impossible, les Etats ne peuvent pas repartir sur des fondamentaux bons sans désendettement. Un processus qui est douloureux mais souvent mal mené dans plusieurs pays où c'est avant tout une démarche comptable qui domine.

Il est probable aussi que l'activisme européen pour rassurer les investisseurs va continuer, comme cela a été souligné ces derniers jours avec la mise en oeuvre difficile de l'Union Bancaire. De nombreux défis demeurent pour les années à venir: le désendettement des Etats, et parfois des ménages dans certains pays, mais aussi l'assainissement du secteur bancaire européen qui est mal entamé.