violences au_Venezuela- Journée sous le signe de l'emploi des deux côtés de l'Atlantique

- Inflation supérieure à 1% au Japon en 2014

- Les volumes vont rester très faibles sur le forex

La journée s'annonce sous le signe de l'emploi des deux côtés de l'Atlantique avec, d'abords, les chiffres hebdomadaires des revendications chômage qui devraient ressortir selon le consensus des économistes en baisse à 347.000 contre 379.000 précédemment (à ce propos: "Le seul indicateur macroéconomiques forex du jour").

Pour l'actualité française, c'est le chiffre du chômage à 18h pour le mois de novembre qui est attendu. Le gouvernement espère une amélioration confirmée sur le terrain de l'emploi après les données d'octobre. Selon l'INSEE, le mois de novembre devrait être le troisième mois de recul du nombre de demandeurs d'emplois mais l'objectif d'inversion de la courbe du chômage à la fin de l'année semble compromis. Toujours selon l'institut de sondage, le taux officiel pourrait même progresser pour se rapprocher au cours du prochain semestre de son record de février 1997.

Sur le front asiatique, le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a tiré un bilan positif des mesures prises depuis janvier dernier, malgré un essoufflement de la reprise constatée ces derniers mois. L'inflation pourrait dépasser enfin au premier semestre prochain le niveau de 1% mais le pays va peiner à renouer avec une hausse générale des prix de 2% par an. Pour ce faire, nous anticipons l'annonce dès les premiers mois de 2014 d'un renforcement du dispositif anti-déflation actuellement en vigueur. Ce qui devrait accentuer le repli du yen face à ses principales contreparties. Nous émettons un objectif à 110 yens pour un dollar à six mois, qui demeure en vigueur. Les récentes fluctuations du cross valident ce scénario.

Sur le front des pays émergents, l'actualité économique est centrée sur la détérioration du climat politique en Turquie, sur fond de ralentissement de la croissance, avec un impact négatif visible sur la Bourse du pays et la monnaie. L'évolution de la situation sera à surveiller en 2014, année électorale en Turquie. Le pays reste l'un des principaux récepteurs d'IDE européens.

Enfin, le chiffre de l'inflation pour le Venezuela n'a pas été publié pour le mois de novembre, alors qu'il aurait dû l'être depuis près de quinze jours. Sous la pression du gouvernement du président Nicolás Maduro, la Banque Centrale du Venezuela a opéré un black-out total sur les données officielles, ce qui ne constitue pas une première puisque le Fonds Monétaire International a régulièrement mis en garde la communauté internationale contre les chiffres officiels émis par Caracas et l'absence de transparence sur des indicateurs de base pour l'économie. Le pays détient le triste record d'inflation mondial, à 54.3% de hausse en octobre sur un an. Pour novembre, le consensus des économistes estime que le chiffre est proche de 60%. Dans un tel contexte de déliquescence économique et de l'appareil productif, le pays va vraisemblablement être contraint de dévaluer le taux de change officiel du bolívar face au dollar américain de 40% l'an prochain. Le gouvernement a déjà validé ce scénario puisque juste avant Noël il a opéré une dévaluation de cette ampleur pour le taux de change s'appliquant aux touristes. Nous considérons que le Venezuela, pourtant première réserve de pétrole mondiale, fait face à un danger d'effondrement économique et budgétaire élevé dans les deux prochaines années, qui n'est pas sans rappeler par certains aspects le psychodrame grec.

Pour le forex, la trajectoire que vont suivre les principales monnaies sera linéaire avec une situation en range qui devrait dominer jusqu'aux premiers jours de janvier. Faibles volumes, peu d'indicateurs macroéconomiques, voici ce qui définit le marché des changes à cette époque de l'année. Il est conseillé de rester un observateur avisé du marché mais en se retenant de prendre position.