Kuroda Japon• La chute du yen se poursuit avec un point bas de 5 ans face à l'USD

• Le désastre politique en Turquie entraîne la lire à un plus bas historique

• La baisse de l'AUD n'est pas prête de s'arrêter

Malgré une atonie attendue des échanges sur le Forex, certaines paires ont connu des variations intéressantes, reflet bien souvent d'une orientation de long terme. Notamment les paires en JPY qui confirment leur orientation baissière en raison du renouveau de la politique monétaire américaine et de l'attente par le marché des changes de nouvelles mesures de la part de la Banque du Japon.

Dans un tel contexte, les cambistes n'ont pas été surpris que le yen ait atteint hier un plus bas niveau depuis cinq ans face au billet vert. La dépréciation de la monnaie japonaise a toutes les chances de se poursuivre avec un objectif que nous fixons à six mois à 110 yens pour un dollar. La politique monétaire japonaise plus agressive prévue pour sortir définitivement l'archipel de la déflation permettra vraisemblablement d'atteindre ce niveau.

L'évènement de cette fin d'année pour les devises reste l'affaiblissement de la lire turque. Déjà fragilisée par la sortie progressive des mesures non conventionnelles de la FED, la monnaie a été ébranlée depuis quelques séances par un vaste scandale de corruption touchant le parti au pouvoir. Ce qui s'est traduit sur le Forex par un point bas historique de la monnaie face au dollar à 2.1406 dans les échanges européens hier et à une forte chute du principal indice de la bourse du pays qui évolue proche de son niveau d'août 2012. Le gouvernement essaie de limiter l'impact du scandale, avec un vaste remaniement qui a concerné les dix principaux portefeuilles ministériels, tandis que la banque centrale du pays s'est engagée officiellement à intervenir directement sur les changes jusqu'à la fin de l'année au moins afin de soutenir la lire.

L'autre perdant de la séance d'hier fut le dollar australien qui confirme son mouvement de dépréciation entamée depuis janvier. La baisse a été imputée cette fois-ci par les analystes devises à la chute des indices chinois qui ont renoué avec leurs niveaux de fin d'été. Ce mouvement devrait se poursuivre puisqu'il est le reflet d'une volonté politique de la part des autorités australiennes. Le niveau de 0.8500 devrait être atteint en 2014 face au billet vert.

En termes d'indicateurs macroéconomiques, le chômage était à l'ordre du jour des deux côtés de l'Atlantique. Les Etats-Unis ont annoncé 338K au niveau des revendications chômage hebdomadaires ce qui est moins que le consensus à 347K. Par contre, la France est très mal positionnée avec une nouvelle progression du nombre de demandeurs d'emplois en novembre de 17.800 pour la catégorie A (celle qui est prise en compte par le gouvernement). Le chômage des jeunes connait un fort bond. Dans de telles circonstances, l'objectif affiché par Paris d'inverser la courbe du chômage fin 2013 est largement compromis. L'INSEE table même sur une hausse du chômage à 11% début 2014.

Aujourd'hui, le marché des changes sera plutôt calme, simplement du fait de l'absence d'indicateurs macroéconomiques susceptibles de créer de la volatilité. En revanche, les mouvements de long terme, dont certains ont été soulignés plus haut, devraient se poursuivre. Notamment pour la lire turque, le dollar australien ou encore le yen. Les cambistes peuvent demeurer observateur du marché en cette période mais il est très hasardeux, a fortiori pour les débutants, de prendre position. Avec stop loss compris.