shekel forexLors de sa réunion hebdomadaire, le Cabinet de la banque d’Israël, a approuvé la nomination du Dr Nadine Baudot-Trajtenberg au poste de vice-gouverneur. Elle commencera son mandat le 2 mars prochain après avoir démissionné de ses précédentes fonctions dans le secteur privé. C’est la première fois que la banque centrale du pays est dirigée par deux femmes.

Native de Montréal, Nadine Baudot-Trajtenberg est une économiste israélienne, docteure en économie à Harvard. Pendant plus de 20 ans, elle a occupé le poste de vice-présidente de la Banque Hapoalin et directrice générale chargée des relations avec les investisseurs. Elle est actuellement vice-doyenne du département d’économie du Centre interdisciplinaire d’Herzliya, la première institution privée d’enseignement universitaire d’Israël.

C’est sur recommandation de l’actuelle gouverneure de la banque d’Israël, Dr Karnit Flug que la nomination de Nadine Baudot-Trajtenberg s’est opérée, les ministres ayant accepté les préconisations de la gouverneur Flug. Elle déclare d’ailleurs dans le communiqué de presse relatif à cette annonce « La Banque d'Israël et l'économie israélienne devront faire face à de nombreux défis dans les années à venir, et je suis convaincu que l'expérience et les talents de Nadine nous aideront à traiter avec eux ».

Cette nomination est pour nous l’occasion de réaliser un zoom sur la monnaie israélienne, le shekel. A l’heure où nous rédigeons cet article la paire EUR-ILS se négocie autour des 4.8188 pour un euro, elle est en hausse de 0.023%.
Face à la devise américaine, le shekel se comporte assez bien aujourd’hui puisqu’il est en hausse de 0.05%, il s’échange ainsi aux alentours de 3.5052 pour un dollar.

Rappelons que le shekel a eu pour habitude d’être relativement fort face aux devises étrangères, il a par exemple gagné 6% sur le dollar américain au cours de l’année 2013. C’est pour cette raison que la banque centrale d’Israël souhaite mettre en place des mesures qui limiteraient une fluctuation trop importante de ce taux. L’économie de l’état hébreu repose, en effet, en grande partie sur la santé de ses exportations, un shekel trop fort ralentirait les transactions et affaiblirait donc l’économie israélienne. Parmi ces mesures on retrouve par exemple une intensification de la politique d’achats de dollars. Israël prévoit ainsi d’acheter 3.5 milliards de dollars contre seulement 2.1 milliards en 2013, il s’agit non seulement de réduire le niveau de la monnaie israélienne mais également de contrer l’effet des recettes lié à la production de gaz naturel.

En poste depuis novembre 2013, Karnit Flug, gouverneure de la banque d’Israël, imprimera au cours de cette année 2014 son programme et ses orientations pour le pays. L’évolution du shekel sera donc à surveiller tout au long de cette année.