marche chinois forex 2Il est difficile d’imaginer que tout le monde était inquiet au sujet de la crise des marchés émergents il y a quelques mois quand on voit que la Chine absorbe des données économiques impressionnantes en ce moment. Est ce l’heure du deuxième rebond pour l’économie mondiale ?

Hier, la HSBC a indiqué que son indice PMI manufacturier pour juin avait grimpé de 49,4 à 50,8, son plus haut niveau depuis 7 mois. Cela marque aussi un renouveau dans la mesure où l’indice est repassé au delà des 50 alors qu’il était en dessous depuis décembre de l’année dernière.

Les signes d’une reprise de l’économie chinoise fleurissent puisque plus tôt ce mois-ci, la balance commerciale et l’Indice des Prix à la Consommation avaient déjà montré des chiffres plus élevés que prévu. La balance commerciale a en effet enregistré un excédent de 35,9 milliards de dollars. Pendant ce temps, l’IPC marquait une hausse de 1,8% par rapport au mois précédent. La production industrielle et les ventes au détail sont quant à elles en ligne avec les attentes, affichant des hausses respectives de 8,8% et 12,5%.
Ces chiffres révèlent donc une reprise solide qu’il convient néanmoins de nuancer quelque peu dans la mesure où des chiffres sous-jacents reflètent encore des faiblesses. L’excédent commercial a, en effet, était plus fort que prévu et cela indique que les importations ont reculé de 1,6% alors que les analystes s’attendaient à voir un bond de 6%. Cela montre une demande intérieure chinoise relativement faible et cela n’est pas très rassurant pour ses partenaires commerciaux comme l’Australie ou la Nouvelle Zélande.

En outre, le dernier saut de l’IPC a été principalement attribué aux efforts du gouvernement pour inverser la baisse des prix dans l’industrie porcine. D’autres indicateurs de l’inflation comme le PPI en baisse de 1,4% ont montré des pressions inflationnistes plus faibles.
Bien qu’il semble clair que les efforts du gouvernement chinois pour stimuler l’activité économique comment à produire leurs effets, il reste à voir si oui ou non cela se traduira en croissance soutenue pour la Chine dans un premier temps et pour l’économie mondiale dans un second temps.
Pour l’instant, le gouvernement chinois est monté en puissance concernant ses dépenses relatives aux projets d’infrastructures alors que la banque centrale a réduit ses exigences de ratio de réserve afin de stimuler les prêts.
Le premier ministre chinois a assuré dans un discours la semaine dernière qu’il promettait qu’il n’y aurait pas d’atterrissage brutal.

A ce stade, la Chine emploie la "réglementation intelligente et ciblée" afin d’atteindre son objectif de croissance de PIB de 7,5%. En d’autres termes, alors qu’un rebond peut être obtenue dans l’économie chinoise au cours des prochains mois, il ne garantit pas pour autant que la performance économique mondiale reprendra. On peut donc s’attendre à ce que la monnaie chinoise connaisse quelques remous sur le marché des changes.