JAckson hole forex 2A en juger pas les lacunes de certaines paires de devises ce week-end sur le forex, il semble que des annonces révolutionnaires aient été faites lors du sommet de Jackson Hole. Pour essayer de comprendre ces mouvements, nous vous faisons dans cet article un résumé des déclarations de la présidente de la fed, du gouverneur de la BCE et de la BoJ

Un marché du travail américain pas encore complètement remis
Alors que Yellen, la présidente de la fed, aurait pu donner davantage de clarté quant à ses plans de politique monétaire, elle a décidé de mettre plutôt l’accent sur le fait que les décideurs politiques devaient partager les statistiques relatives au marché du travail. Elle a en effet mentionné 19 points de données relatifs à l’emploi : taux de chômage, de participation, d’abandon, offres d’emploi, etc. afin de trouver les bonnes données pour mesurer l’amélioration ou non du marché du travail.
Concernant le marché du travail américain, elle a tout de même reconnu des progrès considérables qu’elle juge, cependant, encore insuffisants pour commencer à augmenter les taux d’intérêt.

Des réformes structurelles nécessaires dans la zone euro
Mario Draghi, le président de la BCE n’a, quant à lui, pas hésité à exprimer ses inquiétudes concernant la zone euro. Il a également ajouté qu’il serait prêt à ajuster encore la politique monétaire pour sortir la région du mauvais pas dans lequel elle semble tomber. Rappelons, en effet, que le taux de chômage est à 11,5% et que le PIB est resté nul au deuxième trimestre.
Il a également souligné que les perspectives inflationnistes restaient faibles, l’IPC annuel se situant encore loin des objectifs prévus à 2%. Notez aussi que les investisseurs commencent à anticiper les faibles pressions sur les prix et que cela pourrait pousser la région dans une spirale déflationniste si ces dernières se mettent effectivement à réduire dépenses et investissements.

Kuroda surveille l’inflation de près
Dernière déclaration mais pas des moindres, celle du gouverneur de la banque centrale du Japon qui semblait sonner un peu plus accommodante qu’à l’accoutumée. Rappelons, en effet, que les décideurs de la BoJ et les responsables gouvernementaux japonais ont refusé d’admettre que leur économie était plombée par la taxe sur les ventes mise en place au mois d’avril. Kuroda a, cependant, reconnu qu’il restait encore des défis importants à relever.
En particulier, il a indiqué que la banque centrale du Japon se concentrait sur la stabilité des prix et qu’elle serait prête à ajuster la politique monétaire si les pressions inflationnistes venaient à se ramollir.

Dans l’ensemble, la réaction des marchés à ces témoignages a été haussière pour le dollar et baissière pour l’euro et le yen. En effet, le discours un peu moins accommodant de Yellen a laissé le dollar dans une position favorable. Les discours de Draghi et Kuroda ont, quant à eux, fait plonger les monnaies européennes et japonaises par rapport aux autres devises du forex.