Kuroda BOJ forexFaut-il encore faciliter la politique monétaire ou non, voilà la question que se pose actuellement les dirigeants de la banque centrale japonaise. Nous reviendrons, dans cet article, sur les derniers chiffres économiques et essaierons de voir les conséquences d’une telle politique sur le yen et le forex.

Des données économiques faibles
Les derniers rapports économiques venant du Japon ont été, pour la plupart, très en deçà des attentes et cela en raison de la mise en œuvre de la taxe sur les ventes au mois d’avril dernier. Ceux qui ont cru que l’économie japonaise pourrait rester souple et dynamique face à ces mesures ont donc constaté avec déception les effets négatifs.
Les dépenses des ménages ont, en effet, chuté à un taux annualisé de 5,9% au cours du mois, un chiffre bien pire que celui attendu situé autour de 2,7%. La production industrielle a, quant à elle, imprimé une légère hausse de 0,2% alors qu’on attendait un rebond de 1,2%. Le taux de chômage, enfin, a grimpé de 3,7% à 3,8% au lieu de se tenir stable comme prévu.

Ralentissement projeté dans les exportations et les dépenses
Bien que les rapports de la BoJ ne soient pas si lamentables que ça, les analystes économiques prédisent tout de même davantage de faiblesse dans les mois à venir. La banque centrale japonaise a, cependant, quand même abaissé ses prévisions relatives au niveau des exportations citant un recul de la demande extérieure dû aux tensions géopolitiques.  
Les membres de la BoJ ont également averti que la faiblesse structurelle des exportations et de la consommation pourrait peser sur la croissance future du pays et que l’économie devrait accuser un retard par rapport à ses partenaires commerciaux.

Les remarques prudentes du gouverneur Kuroda
Il s’agit peut être d’un des indices les plus clairs concernant le fait que le Japon pourrait s’ouvrir à l’idée d’une relance supplémentaire. Le gouverneur Kuroda a en effet, admis durant le sommet de Jackson Hole, qu’un assouplissement pourrait être justifié si les pressions inflationnistes s’affaiblissaient.
Bien que le gouverneur de la BoJ semble plus ouvert à une relance, il a cependant rappelé que la consommation restait solide et que la situation de l’emploi était bonne dans le pays. Surprenant quand on analyse les dernières données du pays.

Dans la mesure où la banque centrale du Japon fera sa déclaration de politique monétaire la semaine prochaine, on devrait rapidement savoir si elle se décide ou non à annoncer une nouvelle série de mesures de relance. Si vous êtes amateur de yen, tenez vous prêt à placer vos positions car en cas de discours interventionniste, il y a de fortes chances que cela cause beaucoup de volatilité pour le yen sur le marché des changes.