Yuan forexNous l’avons vu il y a quelques semaines, l’économie chinoise connaît quelques perturbations. Nous verrons donc dans cet article où en est actuellement la deuxième plus grande économie du monde. Y a t’il des améliorations ? Comment se positionne le yuan sur le forex ? C’est ce que nous analyserons aujourd’hui.

Inflation
Les derniers chiffres de l’inflation publiés hier reflètent la faiblesse de la pression sur les prix. L’IPC global a, en effet, glissé de 2% à 1,6% soit une lecture inférieure à celle de septembre avec ses 1,7%. Cela marque une baisse considérable par rapport aux chiffres de l’inflation annuelle de 2,5% enregistrés en mai dernier. Les niveaux des prix ont été tirés vers le bas par la chute des prix des produits de base au cours des derniers mois.
L’indice des prix à la production, qui est considéré comme un indicateur avancé de la consommation, a également imprimé des chiffres plus faibles que ceux attendus. En recul de 1,8%, l’IPP révèle un ralentissement de la demande mondiale, un facteur qui pourrait continuer de peser sur les pressions inflationnistes plus tard.

Condition de travail
Le dernier PMI chinois a indiqué des conditions de production stables. Avec 51,1 pour l’ISM manufacturier et 50,2 pour la fabrication, il n’y a pas vraiment de changements constatés.
En regardant de plus près les éléments de ce rapport on constate, cependant, quelques faiblesses dans le secteur de l’emploi. En particulier, le sous indice de l’emploi a enregistré une forte baisse, il a, en effet, atteint un chiffre de 46,9, son plus bas niveau depuis février 2009.
Pendant ce temps, le secteur non manufacturier a montré un ralentissement du rythme de l’expansion. L’indice composite de l’emploi de ce rapport marque également une baisse ce qui suggère que le ralentissement de l’activité se répercute négativement sur la masse salariale.

Activité commerciale
Plus tôt cette semaine, la Chine a imprimé une balance commerciale plus faible que prévu. L’excédent s’est en effet réduit de 49,8 milliards de dollars en août à 31 milliards en septembre. Malgré cela, les importations et les exportations ont affiché de fortes hausses.
En effet, les exportations ont augmenté de 15,3% sur un taux annualisé, sa plus forte croissance depuis février 2013 pendant que les importations augmentaient de 7% ce qui reflète une hausse de la demande intérieure. Notez que ces hausses ont été essentiellement stimulées par les exportations d’iPhone 6.

Dans l’ensemble, les données économiques en provenance de Chine n’ont encore une fois pas vraiment impressionné sur les marchés. Les fonctionnaires du gouvernement chinois espèrent voir des efforts plus agressifs de la banque centrale pour stimuler la croissance.