ben_bernanke_2.jpgLe dernier des huit conseils annuels de la Réserve Fédérale, qui s'achève ce soir, devrait confirmer l'engagement sans faille de l'institut d'émission américain dans la lutte contre la crise. En effet, les cambistes s'attendent majoritairement à une nouvelle baisse des taux de la Fed, en l'occurrence de 0,5%. Si cette baisse se confirme, le taux directeur de la Réserve Fédérale refluerait au même niveau qu'en juin 2003, quand le prédécesseur de Ben Bernanke, le très controversé Alan Greenspan, avait décidé une succession d'assouplissements monétaires afin de faire face à l'éclatement de la bulle des nouvelles technologies.

Cependant, face au durcissement de la crise économique, une minorité d'analystes n'hésite plus à avancer, comme dans le cas de la livre sterling, un rendement du dollar à 0%, ce qu'avait d'ailleurs fait la banque centrale japonaise de 1999 à 2006, avec une courte interruption en 2001.

Toutefois, même dans un tel scénario, le dollar pourrait battre encore des ailes d'après les cambistes. Le danger vient en fait de l'accroissement de la dette outre atlantique et du bilan de la Fed qui, à force de monétiser la dette privée, ne cesse de gonfler et comprend de plus en plus d'actifs risqués que ce que les banques centrales acceptent en temps normal.

Toutefois, certains pourront rétorquer que le marché est loin d'être dans une situation normale et que de telles mesures se justifient.

Entre temps, en attendant la décision finale de la Fed, les day traders devront veiller avec attention en début d'après midi à la publication des chiffres des prix à la consommation aux Etats-Unis qui pourraient donner une indication utile de l'ampleur de la baisse de la Réserve Fédérale.