forex gene forex
Et si le dollar redevenait durablement une monnaie forte ?
Alors que le dollar n'a cessé de s'apprécier face à l'euro en 2014, nous revenons ici sur les possibilités de continuation d'appréciation de la monnaie nord américaine face aux autres devises majeures.
Lors de la dernière décennie on peut distinguer 3 phases importantes pour le dollar US :

L'avant crise des subprimes été caractérisée par un dollar fort, supporté par des taux de la FED élevés. L'objectif de celle-ci était de contenir l'inflation sous les 2% tout en permettant d'avoir une monnaie forte, réel avantage pour les exportations du pays, même si la balance commerciale était déficitaire depuis plusieurs années. Des taux élevés permettaient aussi d'attirer des capitaux étrangers, ce qui contribuait aussi à un dollar fort par le jeu des conversions de devises.

Pendant la crise des Subprimes la FED a réagi fortement en baissant très rapidement ses taux directeurs, et en lançant plusieurs plans successifs de quantitative easing. Ces mesures ont innondé le marché de dollars, faisant baisser sa valeur relativement aux autres devises. Cela a été d'autant plus le cas que les autres banques centrales n'ont pas réagi aussi rapidement et fortement, permettant une forte perte de valeur du dollar ; facilitant la reprise économique en rendant notamment moins chères les importations (toujours dans un contexte de balance commerciale déficitaire).

Qu'en est-il aujourd'hui ? L'économie américaine se porte mieux. Le chômage est revenu à un niveau proche de celui de plein emploi et la croissance semble au rendez-vous. Pour ce qui est du chômage il ne s'agit pas d'avoir un taux de 0, mais d'avoir un taux pour lequel le chômage est considéré comme structurel, c'est-à-dire qui est dû aux fluctuations temporaires du marché du travail. Ce niveau se situe autour de 5% pour les Etats-Unis.

La FED considère aussi que la situation de son pays s'améliore puisque sa gouverneure a annoncé fin 2014 que l'institution n'allait pas immédiatement commencer à relever ses taux, mais que si l'amélioration perdurait, cela pourrait se produire dans un futur relativement proche. La FED ne veut pas prendre de risque et surprendre les marchés, c'est pourquoi elle prépare le terrain au fil de ses interventions pour préparer à l'idée que les taux pourraient remonter bientôt.

Concernant le reste du monde, les monnaies principales ont tendance à souffrir à causes de différentes zones économiques en difficultés, comme c'est le cas pour l'euro ou le yen, affaiblissant d'autant les monnaies. Le dollar a déjà commencé son ascension en 2014 et cela pourrait n'être que le début, notamment en cas d'intervention sur les taux de la FED alors que dans le même temps la BCE accélère ses mesures d'expansion monétaire.