banque centrale australie forexL’Australie a publié un rapport sur l’emploi plus faible que prévu pour janvier. Avec cela, le dollar AUD a reculé par rapport à la plupart de ses homologues du forex. Nous vous donnerons dans cet article les moyens d’analyser cette publication en deçà des attentes.

Des chiffres loin des attentes
Les analystes s’attendaient déjà à une baisse des embauches en Australie, de l’ordre de 4 700 mais ils ont été surpris par le chiffre libéré. C’est en effet, 12 200 emplois qui ont été détruits sur la période. Même si les emplois à temps partiel ont augmenté de 15 900, ceux à temps plein ont reculé de 28 100.
Avec cela, le taux de chômage est passé de 6,1% à 6,4%, sont plus haut niveau depuis dix ans. Le taux de participation est, quant à lui, restait inchangé. Avec 64,8% il indique que le taux de chômage reflète vraiment un repli dans le secteur de l’emploi.

Une RBA qui anticipe le ralentissement des embauches
Ce qu’il est intéressant de noter concernant ce dernier rapport, c’est que la RBA a déjà fait allusion à ce ralentissement lors de leur dernière réunion de la semaine dernière. Le gouverneur Stevens a, en effet, mentionné qu’il s’attendait à un recul prolongé des embauches et à de nouvelles hausses du taux de  chômage. A croire que les membres de la banque centrale australienne ont vu l’avenir dans une boule de cristal !

Une probable baisse des taux d’intérêt

Avec ces mauvais chiffres, les observateurs du marché des changes semblent s’accorder sur la possibilité de voir la RBA agir sur ses taux lors de leur prochaine réunion. Après tout, les faibles perspectives d’embauche pourraient entrainer une diminution de la confiance des consommateurs ce qui pourrait à terme peser sur les dépenses et la croissance.
En plus de cela, la croissance de l’emploi en Australie ne semble pas être dans le rythme de croissance de la population. En effet, la population en âge de travailler augmente de 1,75% par mois alors que l’économie n’ajoute que 1,5% de croissance en matière d’emploi.

Ces facteurs pourraient inciter la RBA à intensifier ses efforts d’accélération pour éviter des faiblesses économiques encore plus importantes. Selon les données de Reuters, les analystes estiment que la probabilité de voir une baisse des taux en mars est de 60% et elle monte à 90% en avril.