emploi canada forexPuisque cette semaine, les rapports sur l’emploi sont à la une, nous nous intéresserons aujourd’hui à la publication des chiffres canadiens. De quoi est constitué le rapport ? A quoi peut-on s’attendre aujourd’hui ? Qu’est ce que cela implique pour le dollar canadien et le forex ? Voilà en substance les questions que nous aborderons dans ce guide de trading.

Que contient le rapport sur l’emploi canadien ?
Sur le marché des changes, la publication des rapports sur l’emploi a tendance à générer une forte réaction de la monnaie du pays concerné car ce dernier donne un aperçu de la performance économique. Si le chiffre de l’emploi est bon, cela signifie que les habitants ont confiance en leur économie. Grâce à cela, ils ont tendance à dépenser davantage ce qui provoque logiquement une augmentation de la production des entreprises du pays. Des chiffres faibles, entrainent, bien souvent, une hausse de l’épargne car les consommateurs préfèrent conserver un argent durement gagné en prévision de temps plus moroses. Ce ralentissement des dépenses de consommation pèse alors sur la croissance économique et sur la valeur de la monnaie.

Qu’indiquaient les précédents rapports ?
En janvier, le Canada a publié des chiffres de l’emploi bien plus importants que ceux attendus. Avec une augmentation de 35 400 embauches, on est, en effet, bien loin des 4 700 prévus. Cependant, en analysant plus en profondeur le rapport, on constate que ces gains ont, pour la plupart, été stimulés par une hausse des emplois à temps partiels.
Les rapports plus anciens ont, quant à eux, étaient bien négatifs. Avec des pertes d’emploi de l’ordre de 15 000 en novembre et en décembre, nombreux sont les canadiens a avoir quitté la population active ces derniers mois.

A quoi peut-on s’attendre cette fois-ci ?

Pour le mois de février, le Canada devrait ajouter 21 300 emplois. Cela pourrait être suffisant pour ramener le taux de chômage de 6,6% à 6,5%. Cependant, malgré ces prévisions positives, la plupart des analystes s’accordent à dire que le Canada n’a pas encore totalement pâti de la crise de l’industrie pétrolière et que des suppressions d’embauche pourraient avoir lieu dans les semaines à venir dans le secteur de l’énergie.
Sur une note plus favorable, les représentants canadiens ont reconnu que l’amélioration des conditions financières avait contribué à soutenir les investissements dans les sociétés non énergétiques et que cela devrait à terme se traduire par des embauches.

Comment le dollar canadien pourrait-il réagir ?
Des chiffres plus faibles que prévu pourraient entrainer une nouvelle série de perte pour le huard. Cependant, la vente ne devrait pas être massive car la BoC a confirmer ne plus vouloir réduire ses taux d’intérêt dans un avenir proche.
Une lecture plus élevée stimulerait vraisemblablement un rassemblement de dollar canadien. Cela pourrait, en effet, rassurer les observateurs du marché des changes quant à l’amélioration du marché du travail canadien.

Si vous êtes amateur d’analyse fondamentale, tenez-vous prêt demain, vendredi, jour de la sortie du rapport sur l’emploi canadien. Bons placements à tous.