Banque centrale gene forexLes déclarations de politique monétaires jouent un rôle très important dans la détermination de l’évolution des prix des actions forex. Les changements de ton entrainent, généralement, beaucoup d’opportunités de profit. Voyons, donc, la teneur des dernières déclarations de la BCE et de la BoC.

Banque centrale européenne
Alors que les acteurs du marché des changes ne s’attendaient pas à une conférence très animée du gouverneur Draghi, ils ont été étonnés de voir une femen faire irruption dans la salle en lançant des confettis sur le chef de la banque centrale européenne, en réclamant la fin de la dictature de la BCE.
Malgré cet événement inhabituel, Mario Draghi a annoncé la poursuite du programme d’assouplissement quantitatif en cours. Il a, également, souligné le fait qu’il voyait déjà quelques développements positifs de ce dernier dans la région.
Il a indiqué aussi que la BCE continuera à injecter plus d’euros dans l’économie par le biais d’achats d’obligations jusqu’à septembre 2016.
Concernant la Grèce, le gouverneur de la banque centrale européenne a simplement déclaré que c’était au nouveau gouvernement de mettre en œuvre les réformes nécessaires pour mettre fin au problème de dette.

Banque centrale canadienne

Pas de confettis lors de la déclaration du gouverneur Poloz. Ce dernier à même annihiler tout élan belliciste en admettant que la croissance économique était au point mort actuellement et ce en raison de la chute des prix du pétrole. Il a donc laissé entendre qu’il ne mettrait pas en œuvre une autre diminution des taux d’intérêt de si tôt.
Poloz a tout de même mentionné que le Canada pourrait voir des améliorations dans le secteur des exportations, des investissements et de l’embauche d’ici la fin de l’année. Les prévisions de PIB pour le deuxième et le troisième trimestre ont, de ce fait, été révisés à la hausse, ils sont respectivement passés de 1,8% et 2,8%. Les estimations relatives à l’inflation ont, elles aussi, été revues à la hausse.
Dans la mesure où il semble que l’accent ait davantage été mis sur le potentiel de récupération de l’économie canadienne dans les prochains mois que sur autre chose, les traders n’ont pas vraiment réagi lorsque les estimations de croissance du premier trimestre ont subi un déclassement. Ils sont, en effet, plus intéressés par le fait de savoir si une reprise est en cours ou non.

En conclusion, il semblerait que les deux déclarations n’aient pas été très accommodantes même si celle de la BoC l’était un peu plus.