Banque centrale gene forexLes responsables des banques centrales savent vraiment comment bousculer le marché des changes ! Les mentions relatives aux taux d’intérêt ou à la politique monétaires impactent, en effet, de manière directe les paires de devises du forex. Si vous avez raté les annonces de cette semaine, voici, un petit rappel.

Banque centrale canadienne
Le gouverneur de la Banque centrale du Canada, Stephen Poloz a ouvert le bal en début de semaine. Il a souligné les améliorations de l’économie de son pays lors de sa dernière déclaration.  La baisse surprise des taux d’intérêt de janvier dernier semble avoir les effets escomptés, il a donc laissé entendre que de nouvelles mesures ne sont pas, actuellement, à l’ordre du jour. Il a également exprimé son optimisme quant à la reprise économique en cours aux Etats-Unis, son principal partenaire commercial.

Banque centrale australienne
Glenn Stevens, le gouverneur de la RBA, semble être d’une toute autre humeur. Lors de son discours, il a décidé de se concentrer sur les défis auxquels fait face l’économie australienne. Il a même révélé que la réduction des taux d’intérêt était au cœur de la dernière réunion et qu’elle pourrait prendre forme au mois de mai prochain. Le procès verbal publié le lendemain, confirmait le sentiment pessimiste du gouverneur. Selon ce dernier, un assouplissement de la politique monétaire pourrait favoriser une croissance durable de la demande. Pour le moment donc, les responsables de la RBA attendent toujours de connaître les dernières données relatives à l’inflation avant de se décider.

Banque centrale d’Angleterre
Quelques semaines seulement après avoir signalé que l’appréciation de la livre constituait un frein à l’inflation, les fonctionnaires de la BoE continuent de jouer avec les acteurs du marché des changes en confirmant qu’ils pensent toujours à augmenter les taux d’intérêt. Le compte-rendu de la réunion révèle, cependant, que les membres du MPC ont encore voté à l’unanimité le maintien des taux actuels pour le moment.
Ils ont, tout de même, dressé un tableau plutôt optimiste de l’évolution économique du pays et souligné une accélération de la croissance. Cela pourrait, à terme, se traduire par une augmentation des exportations, ce qui viendrait soutenir la production et l’emploi dans le pays. Même si les risques de voir l’IPC tomber en dessous de zéro planent toujours, les responsables de la BoE estiment que les niveaux des prix devraient grimper l’année prochaine et atteindre les objectifs.

Banque centrale de Suisse

Pour la deuxième fois cette année, la BNS a fait une annonce imprévue. Les responsables de la banque nationale Suisse on, en effet, décidé de réduire les exemptions relatives aux taux de dépôts négatifs. Cela n’a, cependant, pas causé trop de chahut sur le marché des changes.

Banque centrale néo zélandaise
Le gouverneur de la RBNZ, John McDermott a mentionné, lors de son allocution, que les perspectives d’inflation étaient si faibles que la politique monétaire se devait de rester accommodante pendant encore longtemps. Il a également précisé qu’il n’envisageait pas de toucher les taux d’intérêt pour le moment et qu’il réduirait plutôt les coûts d’emprunt si la situation venait à l’exiger.