Emploi forexGénéralement, la publication des données relatives à l’emploi engendre de nombreux remous sur le marché des changes et sur la monnaie du pays considéré. Si vous n’avez pas suivi les dernières évolutions du marché du travail japonais et américain, voici un petit rattrapage.

Etats-Unis
Après un faux pas au mois de mars, les données relatives à l’emploi américain semblent avoir repris des couleurs en avril. Les emplois non agricoles ont, certes, été légèrement en deçà  des attentes avec un chiffre de 223 000 mais tout de même nettement supérieur à la précédente lecture qui révélait une baisse de 85 000 emplois.
Le taux de chômage du mois d’avril a également glissé de 5,5% à 5,4%, son plus bas niveau depuis 2008. En plus de cela, le taux de participation a augmenté de 0,1%, il est actuellement à 62,8%.
La seule déception repose sur la rémunération horaire moyenne. Alors qu’on s’attentait à la voir grimper de 0,2%, elle n’a pris que 0,1%.
Même si ces résultats sont positifs, nous vous invitons à considérer d’autres indicateurs avant de placer vos positions en dollar US car tous ne sont pas au vert. La lecture avancée du PIB n’a, en effet, augmenté que de 0,2% alors qu’on s’attendait à une hausse de 2,2%, et l’IPC se stabilise à 0,2% alors que les objectifs de la fed sont à 2%.
Ajoutez à cela que le FOMC a annoncé lors de sa dernière réunion qu’une hausse des taux d’intérêt pour juin relevait davantage du fantasme que de la réalité et vous pouvez relativiser rapidement les bonnes nouvelles du secteur de l’emploi.

Japon
Le taux de chômage japonais de mars a, quant à lui, diminué de 0,1%. A 3,4%, il est à son plus bas niveau depuis 16 ans. En surface la donnée semble positive mais lorsque l’on s’attache aux détails la conclusion diffère quelque peu. En effet, la productivité a, par exemple, chuté de 104,5 à 96,5. Cela signifie que la production du pays a baissé malgré le fait que plus de gens ont trouvé un emploi. Cette information est moins réjouissante quand on sait à quel point l’économie du Japon repose sur son industrie et ses services.
Le taux de participation au marché du travail a également diminué de 59,7% à 59,5%. Une situation étrange quand on sait que le nombre d’emploi a augmenté de 210 000 entre mars 2014 et mars 2015 et que la population active a considérablement diminué en raison de nombreux départs à la retraite. La population japonaise étant vieillissante, il y a de fortes raisons de penser que cela devrait en plus, s’accentuer dans les prochaines semaines.
Pour le yen japonais, cela ne signifie pas grand chose à court et moyen terme. En effet, dans la mesure ou l’économie nippone dépend principalement de ses exportations, il est plus intéressant de suivre l’industrie plutôt que les dépenses de consommation par exemple. A long terme, l’augmentation du nombre de personne sans emploi pourrait nuire à l’ensemble de l’économie. Cela entrainerait en effet, une baisse des pressions inflationnistes. Avec cela, il est probable que la banque centrale du Japon continue ses manœuvres de facilitation de la politique monétaire.

Avec cela, il n’est pas étonnant de voir l’USD-JPY à ses plus hauts sommets en 2015 sur le marché des changes. Reste à voir si cela continuera.