banque centrale canada forexSi vous n’avez pas suivi la dernière déclaration de la banque centrale du Canada, vous trouverez dans cet article de quoi vous rattraper ! Nous reviendrons, en effet, en détail sur l’événement et sur ses conséquences sur le dollar canadien et le marché des changes en général.

Comme prévu, la BoC a décidé de maintenir les taux d’intérêt à leurs niveaux actuels, soit 0,75%. Le gouverneur a également confirmé le biais neutre de la politique monétaire pour le moment. Rappelons que les taux canadiens ont déjà été abaissés plus tôt cette l’année, afin de contenir les effets de la crise des prix du pétrole. Il n’y a donc selon ce dernier, pas lieu de faciliter à nouveau la politique monétaire.

Reprise économique aux Etats-Unis
Si les responsables de la BoC semblent confiants quant aux perspectives économiques futures du pays, c’est principalement parce que leur voisin américain est en pleine reprise. Avec pas moins de 20% du PIB canadien reposant sur les exportations, il est normal que le pays soit dépendant des performances de son premier partenaire commercial. Pour le gouverneur Poloz, une croissance solide sera de retour au deuxième trimestre de l’année.

Un ton optimiste mais prudent
Avec cela, les responsables de la BoC ont semblé relativement optimistes. Ils ont mis en évidence la bonne résistance de la consommation et les conditions de crédit stimulantes pour les ménages et les entreprises.
M.Poloz a, cependant, ajouté que l’inflation située actuellement entre 1,6% et 1,8%, n’était pas encore au niveau des objectifs visés par la banque centrale (2%). Les risques demeurent donc encore élevés mais ils semblent évoluer comme prévu.

Des rassemblements de dollars canadiens
Le dollar canadien s’est considérablement renforcé au cours des dernières semaines en raison du prix élevé du pétrole et des légères faiblesses du dollar américain. Si la situation venait à perdurer, Poloz a indiqué qu’il faudrait évaluer les effets de cette appréciation monétaire sur la croissance et sur l’inflation.
Selon plusieurs analystes du forex, cette ligne de conduite révèle les inquiétudes de la BoC quant à une trop grande appréciation du dollar canadien. Après tout, une monnaie locale trop forte rend, généralement, les importations moins chères et les exportations plus chères ce qui pèse à la fois sur le niveau des prix intérieurs et sur la demande extérieure.

Comment le huard a t’il réagi ?
Les remarques prudentes des fonctionnaires de la BoC ont permis aux ours de dollars canadiens de prendre le contrôle des prix sur le forex au grand dam des taureaux.

Pour conclure, sachez que les futurs changements de politique monétaire reposeront principalement sur trois facteurs qui sont la tendance des prix du pétrole, la performance économique du pays et les niveaux des taux de change.