banque centrale japon forexGénéralement les changements de politique monétaire engendrent de forts remous sur le marché des changes. La banque centrale du Japon sera t-elle la prochaine grande banque mondiale à mettre fin à son cycle d’assouplissement ? C’est la question à laquelle nous essaierons de répondre dans cet article.

Inflation
Pour le troisième mois consécutif, l’indice des prix à la consommation du Japon a été plus fort que prévu éloignant ainsi les craintes de déflation dans le pays. Le rapport montre une légère hausse du niveau des prix des produits de base pour le mois de mai alors qu’on pensait qu’il resterait à niveau. Il fait suite à la hausse de 0,3% du mois précédent.
Si ces augmentations ne sont pas mirobolantes de prime abord, rappelez-vous qu’elles font suite à la mise en place de la taxe sur les ventes qui avait pénalisée les dépenses de consommation dans le pays en avril 2014. Ces mesures avaient été mises en place pour réduire le déficit budgétaire du Japon.

Dépenses de consommation
Le rapport relatif aux dépenses des ménages japonais suggère que les consommateurs commencent à se remettre des effets de la hausse mentionnée ci-dessus. Avec un bond de 4%, alors qu’on en attendait 3,5%, le rapport marque sa première lecture positive depuis un an.
Cependant, les analystes du marché des changes nuancent ces bonnes performances en rappelant qu’un ou deux points de données ne suffisent pas pour entériner une tendance haussière. Les traders devront donc attendre encore quelques mois pour savoir si cela était une parenthèse enchantée ou une reprise durable.
Concernant la confiance des consommateurs, elle est encore faible à l’heure actuelle. L’indice a chuté de 41,5 à 41,4 alors qu’on attendait un rebond de ce dernier à 41,9.

Fabrication

Concernant l’activité économique du Japon, ce n’est pas tout rose pour l’instant. Alors que le chiffre relatif à la production industrielle d’avril s’est amélioré pour passer de 1 à 1,2%, l’indice de l’activité tertiaire du même mois a reculé de 0,2%.
Les autres indicateurs ne sont pas des plus optimistes non plus. L’indice BSI a enregistré une chute inattendue de 2,4 à -6 sur le trimestre et le PMI manufacturier indique une industrie en contraction. Sur une note plus positive, notez que les exportations se maintiennent pour le moment.

Les exportations
Concernant les exportations justement, la balance commerciale a montré quelques pousses vertes ces derniers temps. Elle a, en effet, considérablement diminué son déficit. Sur une base d’année en année il s’est réduit de 76,5%. Les exportations au mois de mai ont grimpé de 2,4% après avoir déjà bondi de 8% en avril. Il s’agit de la neuvième hausse mensuelle d’affilée. Les importations ont quant à elles diminué de 8,7%.

Les derniers rapports en provenance du Japon montrent quelques pousses vertes notamment dans le secteur des dépenses et celui de l’inflation. Si cela venait à se maintenir et à s’étendre, le yen serait à l’abri de fortes baisses sur le forex dans la mesure où la banque centrale de Japon n’aurait plus à assouplir sa politique monétaire.