rapporte emploi UK forexLe Canada a publié des chiffres de l’emploi supérieurs aux estimations pour le cinquième mois consécutif. Dernièrement, en octobre le pays a enregistré une augmentation de 44 400 embauches. Cependant, ces résultats ne sont-ils pas trop beaux pour être vrais ? Qu’est-ce que cela signifie pour la devise canadienne et le marché des changes en général ? C’est ce que nous verrons dans cet article.

Que révèlent les données du mois d’octobre ?
La majorité des gains d’embauche du mois d’octobre repose sur du travail temporaire et non pas sur du travail à temps plein. L’emploi a donc, certes, progressé en quantité mais certainement pas en qualité. En plus, ces gains pourraient être rapidement effacés maintenant que les élections fédérales sont passées.
Si l’on regarde les tendances de l’emploi secteur par secteur, on constate que celui des ressources naturelles est toujours en forte baisse, la faute à la crise de l’industrie pétrolière. Le secteur des services d’enseignement affiche, quant à lui, également un recul mais il est bien moindre qu’au cours du mois précédent.

Qu’est ce que cela signifie pour l’économie canadienne ?

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, sachez que les rapports sur l’emploi constituent un indicateur avancé de la croissance économique d’un  pays. En effet, un marché du travail stable génère de la confiance chez les consommateurs qui dépensent, alors, plus, ce qui conduit les entreprises à augmenter leur production et à investir pour faire face à la demande croissante.
Vous l’aurez compris, les faiblesses sous-jacentes dans les données canadiennes pourraient signifier des perspectives économiques pessimistes pour le pays qui semble, décidément, avoir du mal à se remettre de la crise de l’industrie pétrolière. Les principales sociétés de matière première comme Husky, energy, Athabasca Oil, Cenovus energy, MEG Energy et Devon Energy ont déjà annoncé des suppressions d’emplois au cours des derniers mois et cette situation, en plus, s’aggraver encore.

Comment cela pourrait-il affecter les tendances du dollar canadien sur le forex ?
Les perspectives de croissance économique plus faibles pourraient remettre sur la table la question d’une nouvelle réduction de taux d’intérêt de la BoC et cela devrait peser sur la demande de dollar canadien. Un tel scenario conduirait, en effet, le huard à perdre de sa valeur et notamment contre le dollar USD. Cependant, pour l’instant, le gouverneur de la BoC, Stephen Poloz, ne semble pas, vraiment, enclin à annoncer une nouvelle baisse des taux. Selon ce dernier, les gains d’emploi dans les secteurs non énergétiques pourraient compenser les pertes enregistrées dans le secteur des ressources naturelles. Il s’est également montré rassurant en déclarant que l’industrie pétrolière aura rebondi d’ici la mi-2017. Cela explique probablement pourquoi le dollar canadien  se maintient sur le marché des changes.