euro devise forexL’année 2015 n’a pas été de tout repos pour la monnaie européenne. Entre la crise de la dette grecque et le lancement du programme de Quantitative Easing par la BCE, l’euro a rencontré de nombreux obstacles sur le marché des changes. Revenons un peu plus en détail sur ces évènements.

Retour sur le lancement du programme de QE de la BCE
La banque centrale européenne a commencé l’année avec fracas en annonçant qu’elle allait mettre en place un programme d’assouplissement quantitatif d’une ampleur jamais égalée à ce jour. Mario Draghi portait, en effet, à 60 milliards d’euros par mois les achats d’actifs sur la période allant de février 2015 à septembre 2016.
Le mouvement de politique monétaire de la BCE a, évidemment, entrainé des conséquences pour la monnaie unique sur le forex. La paire EUR-USD a enregistré une chute de 1093 pips dans les deux mois suivants l’annonce. Histoire d’aggraver encore la situation, les décideurs de la BCE n’ont pas arrêté, tout au long de l’année, de laisser planer un possible élargissement supplémentaire de ce programme d’assouplissement monétaire.

Retour sur la saga de la dette grecque

La saga de la dette grecque a largement animé les marchés au cours de l’année. Entre les inquiétudes concernant l’éventuel défaut de paiement de cette dernière et le potentiel « Grexit », l’euro a eu du mal à se maintenir sur le forex. Les négociations du deuxième et troisième trimestre de l’année ont beaucoup pesé sur le cours de la devise européenne. Si le peuple grec a, par l’intermédiaire d’un referendum national, dit non aux exigences des créanciers du pays, Alexis Tsipras a finalement été contraint d’y céder et il a accepté un nouveau plan de sauvetage, le troisième. Cet accord prévoit un déverrouillage de 86 milliards d’euros d’emprunts sur les trois prochaines années en échange d’une hausse d’impôts supplémentaire et de davantage de coupes dans les dépenses de la Grèce.

Avec tout cela, l’euro a atteint ses plus bas niveaux au cours de l’année. Est-ce qu’il relèvera la tête en début d’année prochaine ou est-ce qu’il chutera davantage obligeant la BCE à amplifier, une nouvelle fois, son programme d’assouplissement monétaire ? C’est ce que nous verrons dans les semaines à venir.